RMC

Grève générale en Martinique: multiplication des barrages routiers et incendies de plusieurs magasins

Le Robert a été marqué, cette nuit, par des scènes de pillages et plusieurs incendies.

La situation s'envenimait mercredi soir en Martinique, au soir du troisième jour de grève générale, avec la multiplication des barrages sur les principaux axes routiers de l'île secouée comme sa voisine la Guadeloupe par une contestation du vaccin anti-Covid obligatoire, qui tourne à la violence dans certains quartiers.

Au Robert, un supermarché a été incendié, ont indiqué les pompiers, qui précisent n'intervenir qu'en présence des forces de l'ordre, après avoir essuyé plusieurs tirs de projectiles lors de leur mission.

Selon plusieurs messages sur Twitter, on peut en effet voir plusieurs bâtiments en flamme. Selon nos confrères de Martinique 1ère ainsi que RadioCocotier, ces incendies n'ont pas fait de blessés, mais les dégâts sont conséquents.

Des scènes de pillages et de violences auraient ainsi eu lieu dans un centre commercial.

Les autorités ont ouvert mercredi la porte au dialogue avec l'intersyndicale qui a lancé les blocages lundi en Martinique et envisage de durcir le ton. La nuit dernière, des violences avaient fait des blessés parmi les forces de l'ordre. 

La Guadeloupe et, depuis lundi, la Martinique sont secouées par une contestation du vaccin anti-Covid obligatoire pour les soignants et les pompiers, mêlée de revendications sociales, notamment liées au coût de la vie et à la hausse du prix des carburants. 

La préfecture de Guadeloupe, qui a prolongé le couvre-feu jusqu'à samedi, assure que "le dispositif de sécurité renforcé mis en place cette nuit (de mardi à mercredi) a permis de déjouer des tentatives de cambriolages et d'assurer un retour au calme et à la sérénité". Deux gendarmes ont cependant "été légèrement blessés" et six interpellations réalisées, selon la même source. 

La rédaction de RMC (avec AFP)