RMC

"J'ai eu envie de me suicider": 9 ans après l'affaire DSK, Nafissatou Diallo se confie

Neuf ans après l'affaire du Sofitel, Nafissatou Diallo se confie dans Paris Match. L'ancienne femme de chambre revient sur le jour qui a bouleversé sa vie et entraîné la chute politique de Dominique Strauss-Kahn.

C'est la première fois qu'elle s'exprime depuis l'affaire du Sofitel de New York. Nafissatou Diallo, l'ex-femme de chambre qui a accusé Dominique Strauss-Kahn d'agression sexuelle le 14 mai 2011, sort de son silence dans la magazine Paris Match, qui parait ce jeudi. 

Dans les extraits déjà publiés de cet entretien, l'ex femme de chambre du Sofitel maintient qu'elle a "dit la vérité". "J'ai été piégée et trahie, je ne me remettrai jamais de la façon dont les procureurs de New York m'ont traitée. À cause de ce qu'ils m'ont fait subir, j'ai eu envie de me suicider. J'ai été traitée de prostituée." "L'affaire DSK a gâché ma vie".

Lorsqu'elle évoque les faits, elle ne prononce ni le mot “viol”, ni celui “d'agression”, mais parle d'un "accident". Elle raconte. "J'entre dans la suite 2806, quand je vois apparaître un homme nu. Je m'écris, ‘Oh mon dieu, je suis désolé’". “Puis tout est arrivé”, dit-elle. 

Un accord de confidentialité signé

Mais Nafissatou Diallo n'en révèle pas plus. Et pour cause, l'ancienne femme de chambre est lié à DSK par un accord de confidentialité qui l'empêche d'évoquer publiquement les détails de cette affaire. 

Et quand on lui demande si elle a conscience d'avoir changé le cours de l'histoire de France, alors que DSK était le favori de la présidentielle de 2012, elle répond: “c'est de sa faute sa faute. Si vous vous présentez à la présidence d'un pays, il ne faut pas attaquer les gens", assure-t-elle.

À Dominique Strauss-Kahn, aujourd'hui, elle assure ne rien à avoir à dire: " Je n'ai pas envie de savoir ce qui lui arrive, dit elle, je ne veux plus penser à lui".

Marie Regnier avec Guillaume Descours