RMC

France-Argentine: comment Emmanuel Macron, Elisabeth Borne et les ministres ont vécu la finale

Nos politiques aussi ont vibré devant cette finale historique de la Coupe du monde, à commencer par Emmanuel Macron, présent au stade dimanche au Qatar et particulièrement remarqué.

La France s'est inclinée en finale de la Coupe du monde, ce dimanche soir au Qatar. Une défaite en présence du président de la République Emmanuel Macron, qui s'est particulièrement fait remarquer.

L'une des images marquantes de la soirée: Emmanuel Macron qui descend sur le terrain après la rencontre pour tenter pendant plusieurs secondes de réconforter Kylian Mbappé, sans grand succès. Emmanuel Macron s'est rendu ensuite dans le vestiaire, pour parler aux joueurs français.

Le discours du chef de l’Etat n’a pas vraiment convaincu les joueurs, dépités. En revanche, Emmanuel Macron n'est pas passé dans le vestiaire argentin pour les féliciter.

Les oppositions ont critiqué toute cette séquence, accusant le président de tentative de récupération. Des critiques balayées par l'un des députés présents dans la délégation à Doha, Karl Olive.

"Le président était déjà descendu sur le terrain en 2018. C'est la loi du sport: parfois on gagne, parfois on perd" estime le député des Yvelines.

Karl Olive qui a vu un Emmanuel Macron "très déçu", car "c'est avant tout un supporter" confie le député, conscient d'avoir assisté à un match "fou, extraordinaire".

La délégation rentre ce lundi matin de Doha, sans le chef de l'Etat, qui se rend sur le porte-avion Charles de Gaulle pour fêter en avance Noël avec les militaires.

Béchu en pleine COP15 à Montréal

Depuis Paris, la Première ministre Elisabeth Borne a, elle, regardé le match en privé. Elle salue malgré la défaite "une très belle équipe, qui a su rebondir au cours du match", explique son entourage.

Les autres membres du gouvernement ont eux aussi tenté, tant bien que mal, de suivre le match. C'était d'ailleurs très compliqué pour le ministre de la Transition écologique, Christophe Béchu, en pleine COP15 pour la biodiversité à Montréal.

Lui et son équipe étaient en réunion et ont suivi de loin l'évolution du match. Une réunion qui s'est terminée juste à temps pour assister à la séance de tirs au but, avant de reprendre les négociations. Pas rancunier, Christophe Béchu a tout de même félicité la ministre argentine présente sur place.

La plupart des ministres ont regardé le match en famille, et certains ont dû consoler leurs enfants après la séance de tirs au but. Le ministre de la Ville, Olivier Klein, a commenté la rencontre avec ses collaborateurs du début à la fin, via une boucle Whatsapp.

"Il avait pronostiqué qu'on gagnerait aux pénaltys, il n'avait pas tout faux" raconte une conseillère.

Un ministre "presque pas triste" après l'un des plus grands matchs de l'histoire, qui a terminé sa soirée par une visite dans un centre d'hébergement d'urgence à Paris. Un retour au travail rapide, pour oublier la fin cruelle du match.

Romain Cluzel (édité par J.A.)