RMC

Taxe sur les superprofits: l’idée séduit Emmanuel Macron et une partie du gouvernement

INFO RMC. Emmanuel Macron et plusieurs membres de l’exécutif se montrent plutôt favorables à l’idée d’une taxe sur les superprofits réalisés par certaines grandes entreprises sur fond de crise internationale.

Alors que le projet de loi pouvoir d'achat, le premier du nouveau quinquennat d'Emmanuel Macron, arrive ce jeudi sur la table du conseil des ministres, les oppositions appellent déjà le gouvernement à aller plus loin. La France insoumise, le Parti communiste et le Rassemblement national appellent notamment à taxer les entreprises réalisant des surprofits en raison de la guerre en Ukraine.

Une mesure qui, selon les informations de RMC, serait souhaitée par plusieurs membres de l'exécutif, dont le chef de l'Etat. Emmanuel Macron ne serait pas opposé à l'idée, bien au contraire, explique un membre du gouvernement qui rappelle que "le chef de l'Etat a parlé à plusieurs reprises d'économie de guerre et notamment en conseil des ministres".

Le dernier geste de Total est jugé insuffisant

Emmanuel Macron, qui a dénoncé lors du G7 en Allemagne "les profiteurs de guerre et les spéculateurs", a en effet promis de régler le problème. Mais à ce stade, la position officielle reste celle de Bercy. Contraindre les grands groupes à baisser eux-mêmes leurs tarifs. "On veut que l'argent reste dans les poches des Français" explique un conseiller.

Mais le dernier geste de Total est jugé insuffisant: 12 centimes d'euros de réduction par litre d'essence dans une centaine de stations. Si un rendez-vous a été fixé à la fin de l'année pour faire les comptes, certaines voix au gouvernement appellent à accélérer: "Nous allons devoir faire cette taxe, il faut la préempter et ne pas en donner le bénéfice aux oppositions".

Jérémy Trottin