RMC

La loi sur les mobilités financés par une hausse des PV pour excès de vitesse?

-

- - RMC

Pour financer la future loi mobilité, Bercy envisage d’augmenter les recettes des radars routiers et des amendes. Les PV passeraient ainsi à 650 millions en 2022 contre 300 millions actuellement.

La loi mobilité arrive devant le Parlement. Elle passera d’abord par le Sénat avant d’être discutée à l’Assemblée à partir du 19 mars. Cette loi a pour objectif notamment d’"améliorer la mobilité quotidienne de nos concitoyens" a déclaré Elisabeth Borne. Pour cela, il faudra une augmentation de 40% des investissements pour améliorer les transports quotidiens. 

Sauf que, selon Hervé Maurey, sénateur de l’Eure, cette loi n’est pas financée.

"Le gouvernement avait envisagé une taxe poids lourd, notamment pour les poids lourds étrangers, mais le gouvernement a reculé et ne l’a pas institué. Et il est clairement établi dans les documents qui nous sont adressés qu’il manque 500 millions par an", explique-t-il.

Les PV augmenteront en 2022

Cependant, en consultant un document qu’il n’aurait pas dû avoir, avoue-t-il, il s’est aperçu que les amendes de police passeraient en 2022 à 650 millions contre 300 millions actuellement. "Soit on augmente les amendes, soit on augmente les contrôles radars, ce qui est un peu une tendance qu’on observe et qui est à juste titre dénoncée par les automobilistes", estime le sénateur. 

Pour lui, c’est "très grave" qu’un texte présenté comme un des plus importants du quinquennat puisse arriver devant le Sénat sans aucun financement. 

Guillaume Descours