RMC

Le président du Conseil départemental des Vosges jugé en juin pour alcool au volant

La balance de la Justice (illustration)

La balance de la Justice (illustration) - LOIC VENANCE / AFP

François Vannson, le président LR du Conseil départemental des Vosges, avait été arrêté en octobre dernier alors qu'il circulait sur une nationale avec près de 0,85 gramme d'alcool par litre de sang.

Le président du Conseil départemental des Vosges, François Vannson (LR), sera jugé le 9 juin prochain devant le tribunal correctionnel d'Epinal pour conduite en état d'alcoolémie, la peine proposée par le parquet lors d'une procédure de plaider-coupable ayant été refusée par la juge, a indiqué mercredi son avocat, Me Stéphane Giuranna.

M. Vannson, 60 ans, a comparu mercredi matin lors d'une procédure de reconnaissance préalable de culpabilité (CRPC). Le parquet a proposé 2.000 euros d'amende et six mois de suspension du permis de conduire. Il a "reconnu les faits" et "acceptait la peine", a souligné Me Giuranna à la sortie de l'audience, évoquant un refus "totalement incompréhensible" et "l'impression qu'on veut traiter M. Vannson de manière plus sévère qu'un justiciable lambda".

"On doit rester juge, et pas devenir justicier", a-t-il ajouté, avant de rappeler que son client avait un casier judiciaire vierge, n'avait jamais eu d'accident de la route et n'avait perdu que quatre points "en 42 ans de permis de conduire".

Zigzags et faible vitesse

La CRPC permet au procureur de proposer une peine à un prévenu qui reconnaît les faits qui lui sont reprochés. Si cette proposition est acceptée, elle est soumise à un juge du siège pour homologation lors d'une audience publique.

François Vannson avait été arrêté par la gendarmerie fin octobre alors qu'il roulait sur une nationale près d'Epinal et contrôlé avec un taux d'alcoolémie de 0,85 gramme/litre de sang, avait indiqué le parquet.

Selon le procureur, Frédéric Nahon, M. Vannson "avait adopté une conduite dangereuse pour les autres automobilistes en circulant à faible vitesse et en zigzagant sur la voie". L'ancien député de la 3e circonscription des Vosges (1993-2017) avait reconnu les faits lors de son audition.

G.D. avec AFP