RMC

Marine Le Pen: "On a l'impression que la France n'a jamais vécu avant l'Union européenne"

Interrogée ce mardi dans le Bureau de Vote sur RMC, sur comment elle comptait rétablir, concrètement, les frontières de la France, Marine Le Pen en a profité pour défendre sa politique de limitation de l'immigration.

Marine Le Pen était l'invitée de Bureau de Vote, mardi. La président du Front National était interrogée par Jérôme, auditeur de 35 ans, qui se demandait comment elle compte concrètement rétablir des frontières en France. "Il y a plus de vingt ans, la France avait des frontières, comme 95% des pays dans le monde. Mais les frontières ne sont pas uniquement physiques. Cela peut aussi correspondre à la possibilité d'accorder ou non des visas à ceux qui veulent venir. C'est en tout cas ce que je souhaite, sauf accord bilatéral avec un certain nombre de pays. Cela me paraît être la moindre des choses. Avant, il y avait des frontières, des postes de douane et, encore une fois, on a l'impression que la France n'a jamais vécu avant l'Union européenne. Si, elle a vécu et, croyez-moi, elle vivra bien mieux (en en sortant, ndr).

Pourquoi accepterions-nous une immigration supplémentaire alors que nous avons déjà un certain nombre d'immigrés très important, dont une grande partie d'ailleurs est au chômage? Que nous avons un pays qui s'appauvrit. Que nous n'arrivons plus à offrir des soins de qualité à l'ensemble de nos compatriotes parce que notre système de protection sociale est épuisé; parce que nos hôpitaux sont surchargés. Parce que nous n'arrivons plus à offrir, dans certains territoires, une école digne de ce nom à nos enfants, car elle est surchargée par l'immigration clandestine.

Mayotte et la Guyane, dont je reviens, sont confrontées à des problématiques d'immigration insurmontables. Alors pourquoi continuer? Pour des raisons idéologiques? Moi, je m'oppose à ceux qui ont une vision idéologique de l'immigration et je pense que, compte tenu de la situation de la France, il faut qu'elle cesse".

M.R avec Jean-Jacques Bourdin