RMC

Primaire de la droite et du centre: "Je ne crois plus du tout en Nicolas Sarkozy"

TEMOIGNAGES - Alain Juppé, candidat à la primaire de la droite et du droite, favori des sondages, a effectué ce samedi sa rentrée politique en tenant un meeting à Chatou, dans les Yvelines, devant plus de 2.000 personnes. Une rentrée qu'il voulait sous le signe du rassemblement.

Alain Juppé a fait sa rentrée politique à Chatou dans les Yvelines hier, devant un peu plus de 2.000 personnes. "Je suis prêt", a-t-il affirmé avant de dérouler son programme. Sa ligne directrice: prendre du recul pour ne pas sur-réagir à l'actualité. A propos de la primaire, le maire de Bordeaux a aussi assuré qu’il n’avait en aucun cas l’intention de faire campagne contre ses concurrents, et dit espérer une compétition loyale entre membres de la même famille politique. En début de matinée, avant de prononcer son discours, Alain Juppé avait prévenu: "Nicolas Sarkozy n'est pas mon problème, je ne suis pas en campagne contre Nicolas Sarkozy".

"Certains n'hésiteront pas à donner des coups très forts et il faudra panser les plaies afin de rassembler car sinon on fait le jeu des adversaires, des autres partis", juge Aurélie, militante Les Républicains. Mais au sein des partisans d'Alain Juppé, ils sont nombreux à refuser de se ranger derrière Nicolas Sarkozy s'il venait à remporter la primaire. Pour Jeff par exemple c'est tout simplement impensable.

Juppé et Sarkozy au coude à coude dans les sondages

"Je ne crois plus du tout en Nicolas Sarkozy, assure-t-il. J'y ai cru, j'ai été très déçu. J'ai l'impression que c'est quelqu'un qui pense beaucoup à lui-même, au fait d'être président, sans voir vraiment les choses après. Je ne voterai donc pas Nicolas Sarkozy, ça c'est une évidence".

A noter que selon un sondage TNS Sofres publié ce dimanche, Alain Juppé et Nicolas Sarkozy seraient au coude à coude au premier tour de la primaire de la droite et du centre: ils font jeu égal avec 34% des intentions de vote. En cas de duel entre les deux au second tour, le maire de Bordeaux l'emporterait avec 55% des voix contre 45% à l'ancien président.

M.R avec Stéphanie Collié