RMC

Réforme des retraites: comment les députés de la majorité se préparent dans l'ombre

Les députés s'apprêtent à prendre trois semaines de vacances. Mais pour les élus de la majorité, il est temps de se préparer aux longues semaines de débat qui les attendent à la rentrée avec la présentation de la réforme des retraites dès janvier.

Les députés s'arrêtent dès samedi pour trois semaines de vacances, mais pour les élus de la majorité, c'est un marathon qui se prépare. Et pour cause, le 10 janvier prochain sera présentée la réforme des retraites. Les débats à l'Assemblée pourraient durer très longtemps, jusqu’à la mi-mars, selon les calculs de Renaissance, avec des milliers d'amendements à examiner.

Les députés peuvent donc oublier leurs projets de vacances en février. Ils ont une semaine de pause, mais ordre a été donné de rester sur le pont, en circonscription, pour défendre la réforme.

Ces longs débats pourraient aussi laisser le temps à la contestation de s'installer dans la rue. Car la liste des sujets qui attend les députés à la rentrée est longue, avec notamment les tensions sur l'électricité, les potentielles coupures de courant, la paralysie des transports que cela pourrait entraîner.

"Le baptême du feu" d'Elisabeth Borne

Alors une vingtaine de députés se préparent pour défendre la réforme des retraites. Dans cette "task force", se trouve un député avec une expérience qui lui sera utile. Il s'agit d"Eric Woerth, qui a lui-même porté une réforme des retraites lorsqu'il était ministre du Travail sous Nicolas Sarkozy. 

Du côté du gouvernement, c'est la Première ministre Elisabeth Borne qui montera au front. Elle a mené toute la semaine les consultations et elle annoncera elle-même la réforme le 10 janvier prochain. C’est son “baptême du feu”, commente une source dans la majorité.

Le ministre du travail, Olivier Dussopt sera lui aussi au front dans l’Hémicycle. Matignon a également demandé aux ministres les plus médiatiques, comme Olivier Véran et Gabriel Attal, de se tenir prêts et de se déployer dans les médias.

Dans tous les cas, si l’Assemblée est paralysée, si le pays est bloqué, si aucune majorité n’émerge, il restera toujours la possibilité d'utiliser le 49.3.

Sébastien Krebs