RMC

Procès de l'ex-prêtre Bernard Preynat soupçonné d'abus sexuels sur des enfants: la justice rendra sa décision le 16 mars

RMC
La procureure avait réclamé un peu plus tôt "au moins huit années" de prison ferme contre le prévenu, aujourd'hui âge de 74 ans.

Le tribunal correctionnel de Lyon a mis en délibéré vendredi sa décision à l'issue du procès de l'ex-prêtre Bernard Preynat, poursuivi pour de multiples agressions sexuelles sur de jeunes garçons et qui sera fixé sur son sort le 16 mars.

Un peu plus tôt, la procureure de la République a requis vendredi à l'encontre de l'ex-prêtre Bernard Preynat une peine d'emprisonnement "qui ne soit pas inférieure à huit années" pour les multiples agressions sexuelles commises sur de jeunes garçons pendant deux décennies. 

Ce dossier "stupéfiant", "grave", "effrayant", "mérite une réponse pénale ferme qui ne peut s'arrêter au bénéfice de l'âge", a lancé Dominique Sauves, au dernier jour du procès de cet homme de 74 ans.

Bernard Preynat, qui avait déjà été "réduit à l'état laïc" (déchu de sa qualité de prêtre) l'été dernier à l'issue de son procès canonique, encourt 10 ans d'emprisonnement.

Ses victimes étaient âgées de 7 à 15 ans à l'époque des faits, en grande majorité prescrits. Seulement dix d'entre elles ont pu se constituer parties civiles.

Lors du procès, elles ont fait le récit, glaçant et poignant, des attouchements, baisers sur la bouche et masturbations que le prêtre leur imposait.

Ces agressions sexuelles ont eu lieu entre 1971 et 1991 dans la paroisse de Sainte-Foy-Les-Lyon, près de Lyon, et lors de camps à l'étranger, au sein d'un groupe de scouts indépendant dont le prévenu était le vicaire-aumônier.