RMC

Après sa vidéo polémique sur les moustiques, Aymeric Caron évoque le second degré

L'essayiste a expliqué que sa chronique défendant les moustiques devait être prise au second degré, assurant ne pas hésiter à les tuer lui-même.

Un tollé. Le journaliste et essayiste, militant anti-spéciste Aymeric Caron a provoqué l'ire des internautes sur les réseaux sociaux après la diffusion mercredi d'une partie d'un éditorial où il prenait "la défense" des moustiques.

Devant les réactions provoquées, l'écrivain a tenu à préciser sa pensée, assurant que le second degré était de mise: "Quand vous écoutez l'édito de six minutes en entier, vous pouvez vous rendre compte qu'il y a un peu d'humour", a-t-il tenu à assurer sur RMC.

"On n'est jamais content lorsqu'on doit tuer un être vivant"

"Moi personnellement je les tue les moustiques et je n’en suis pas fier, mais c'est ce que je fais. Je parle de tout ça avec une certaine forme d'humour mais est-ce qu'il est encore autorisé de parler de sujets que je juge léger, et avec un second degré voire une forme d'autodérision ?", a expliqué Aymeric Caron

"Quand on respecte le vivant sous toutes ses formes comme moi, on n'est jamais content lorsqu'on doit tuer un être vivant, même si c'est un moustique, une forme de vie qu'on peut juger assez primitive", a-t-il ajouté.

Dans une vidéo devenue virale, le fondateur du Rassemblement des écologistes pour le vivant, prenait la défense des moustiques, expliquant que seules les femelles piquaient et qu'elles le faisaient pour nourrir leurs œufs, évoquant ainsi "une dame qui risque sa vie pour ses enfants en devenir". 

Guillaume Dussourt