RMC

Comment Maëlle a sauvé sa ferme grâce au financement participatif

Le financement participatif agricole a permis de remettre plein de projets sur les rails. (Photo d'illustration)

Le financement participatif agricole a permis de remettre plein de projets sur les rails. (Photo d'illustration) - AFP

TÉMOIGNAGES - En France, une plateforme de crowdfunding agricole cartonne: Miimosa. Elle a été fondée par un fils d’agriculteurs, Florian Breton. Grâce à ce site, lancé il y a un an et demi, une jeune agricultrice a évité de mettre la clé sous la porte. Elle raconte son expérience à RMC.

A l’heure où les aides ne semblent plus suffisantes pour sauver les fermes françaises et où les banques refusent de suivre les exploitants, certains se tournent vers d’autres solutions, comme le financement participatif. En France, une plateforme de crowdfunding agricole cartonne: Miimosa.

Elle a été fondée par un fils d’agriculteurs, Florian Breton. Lancé il y a un an et demi, le site a déjà financé plus de 300 projets. Les dons affluent pour sauver les petites exploitations familiales, les projets bio innovants. Des dons qui viennent la plupart du temps d’anonymes, qui n’ont aucun lien avec le milieu agricole. A croire que le capital sympathie des agriculteurs est toujours intact auprès des Français!

"Je ne savais pas comment j'allais m'en sortir"

RMC a rencontré une éleveuse en Mayenne qui a sauvé sa ferme grâce à une plateforme de dons pour agriculteurs. Car à l’heure de la traite, Maelle gère ses 40 vaches toute seule. L’année dernière, la jeune femme a décidé de reprend la ferme de ses parents une exploitation fragilisé et endettée.

Elle se souvient: "Je ne savais pas trop comment j'allais m'en sortir. Même en faisant tous les calculs possibles et imaginables, financièrement, ça allait être dur. J'avais peur que ça ne passe pas à la banque".

8800 euros en 60 jours

Désemparée, Maëlle finit par découvrir Miimosa, cette plateforme de dons destinée à venir en aide aux agriculteurs en difficultés.

"J'étais partie sur un objectif de 3000 euros et c'est monté tranquillement jusqu'à 8800 euros, à la fin de la collecte, en soixante jours. Complètement dingue", raconte-t-elle. "J'ai pu m'acheter une petite désileuse d'occasion, pour distribuer l'ensilage aux vaches. J'ai des petites choses, comme des abreuvoirs, que je vais pouvoir acheter grâce à cet argent-là, qui est placé et qui est au chaud, pour l'instant".

"On aurait été déçu de voir cette ferme abandonnée"

Jérôme, un voisin de Maëlle, il a participé sans hésiter.

"On s'est dit qu'on aurait été un petit peu déçu de voir cette ferme abandonnée", confie-t-il. "Ça aurait été dommage, ça aurait été un petit bout de vie qui aurait disparu dans le hameau".

Parmi les donateurs, des voisins, mais aussi beaucoup d’anonymes, touchés par cette agricultrice en détresse.

"Capital sympathie énorme pour les agriculteurs en France"

Florian Breton est le fondateur de la plateforme qui a aidé Maëlle.

"Le projet de Maëlle, comme ceux des agriculteurs que nous accompagnons, sont financés, principalement - à peu près à 60% - par un réseau de connaissances directes", détaille-t-il à RMC. "Et puis il y a un réseau d'inconnus, aussi, des gens d'un peu partout en France, qui sont sensibles à la démarche de Maëlle et à son histoire. On constate en France que les agriculteurs bénéficient d'un capital sympathie énorme. Que les Français sont vraiment désireux de financer les projets des agriculteurs".

300 projets agricoles financés partout en France

Preuve que le crowdfunding agricole est une alternative sérieuse aujourd’hui : certaines chambres d’agriculture ont développé des partenariats avec ces plateformes. Exemple: dans certains cas, le département de l’Eure apporte 1000 euros de sa poche sur des projets Miimosa.

La plateforme existe depuis deux ans, et son taux de réussite est de 80% actuellement. En tout, ce sont 1,6 million d'euros qui ont été collectés pour des projets agricoles. Depuis son lancement, la plateforme a financé plus de 300 projets agricoles partout en France.

C. P. avec Anaïs Denet