RMC

De la vie sur Mars? "Cela reste quand même assez peu probable"

Marion Massé, 30 ans, chercheur au laboratoire de planétologie et géodynamique de Nantes, a cosigné les travaux publiés lundi dans la revue Nature Geoscience qui apportent la preuve que de l'eau coule sur Mars. Invitée ce mardi de Jean-Jacques Bourdin, elle revient sur cette découverte majeure.

Ce lundi, la Nasa a annoncé avoir trouvé des preuves que de l'eau s'écoule durant l'été sur Mars. Des taches sombres de plusieurs centaines de mètres ont été repérées sur le sol martien durant les mois les plus chauds. Elles disparaissent à l'automne, lorsque les températures baissent. Ces informations, obtenues grâce aux images fournies par des observations d'une sonde de l'agence spatiale américaine, le "Mars Reconnaissance Orbiter", à l'aide d'un spectromètre, "appuient fortement l'hypothèse" de la présence d'eau liquide sur Mars de nos jours, précisent les auteurs des travaux publiés dans la revue Nature Geoscience. Et parmi ces auteurs, il y a une Française: Marion Massé, 30 ans, chercheur au laboratoire de planétologie et géodynamique de Nantes. Ce mardi, sur RMC, elle détaille les étapes de cette découverte majeure.

Jean-Jacques Bourdin: De quand datent vos premières recherches?

Marion Massé: Quand je suis arrivée en post-doctorat à l'université d'Arizona en 2011, on venait juste de découvrir ces écoulements sombres à la surface de Mars. Ces écoulements ont lieu sur les pentes fortes, dans l'hémisphère sud, à savoir les pentes chaudes, chauffées par le Soleil pendant l'été. A cette période, sur ces pentes, les températures peuvent être supérieures à 0°C.

Malgré tout, il n'y a pas la pression nécessaire pour avoir de l'eau pure, liquide. C'est pour cela que nous avons un écoulement d'eau salée, puisque que lorsqu'on ajoute du sel cela augmente la stabilité de l'eau (de la même manière que l'on jette du sel sur les routes l'hiver pour faire diminuer la température de fonte de l'eau).

Mais d'où vient cette eau? De l'atmosphère martienne?

C'est un peu tout le problème de cette hypothèse car c'est encore quelque chose qui nous pose problème. Cela pourrait provenir de la glace située en sous-sol mais dans ce cas, il faudrait un mécanisme qui recharge cette glace en sous-sol. Et cela pour l'instant, on ne le sait pas.

L'autre hypothèse est que les sels qui se trouvent à la surface absorbent l'eau atmosphérique et petit à petit se transforment en liquide. C'est le même principe que lorsqu'on a une maison humide et que l'on met un bac de sel dans un coin d'une pièce pour absorber l'humidité de l'air et se liquéfie petit à petit.

Peut-on alors en conclure qu'il y a de la vie sur Mars?

Non, il y a peu de chance. S'il y a eu de la vie sur Mars, c'est dans le passé. C'est-à-dire que l'évolution de cette planète, au début de son histoire, était la même que celle de la Terre. Ensuite cette histoire a divergé mais au tout début elles étaient très semblables. Donc peut-être que dans le passé, il y a eu un début de développement de vie. Actuellement, cela reste quand même assez peu probable.

Après la publication de vos travaux, vous avez déclaré: "On ne comprend pas très bien pourquoi la Nasa met en avant cette étude plutôt qu'une autre". Pourquoi?

Cette étude est certes très intéressante mais c'est un peu étrange pour nous, scientifiques, de voir les médias venir nous interroger là-dessus alors que bon nombre de découvertes tout aussi intéressantes n'ont aucune retombée.

Mais c'est parce que de l'eau sur Mars, cela fait rêver…

Oui, c'est vrai. C'est la planète qui nous ressemble le plus. C'est pour cela qu'elle nous fait rêver et que l'on a envie de voir de la vie comme il y en a sur Terre.