RMC

"Dispositif anti-bruit", "coût minime", "énergie renouvelable": la contre attaque des pro-éoliens

La Charente-Maritime ne veut plus d’éolienne sur son territoire. Mais pour Jean-Yves Grandidier, président de la société Valorem et invité de la matinale de Jean-Jacques Bourdin, les arguments des antis ne sont pas fondés.

Une décision qui relance le débat de la présence d’éoliennes en France. Après l’annonce d’un nouveau projet d’implantation d’une quarantaine d’éoliennes sur son territoire, la Charente-Maritime a dit "stop". 

Le conseil départemental estime que les parcs éoliens sont déjà trop nombreux et a voté le principe d’un moratoire de deux ans, gelant leur implantation.

"Le bruit est couvert par la faune nocturne et les grillons"

Arnaque écologique, pollution visuelle et sonore, gouffre financier… Les arguments des antis sont nombreux. Arguments jugés irrecevables par Jean-Yves Grandidier, président de la société Valorem et invité de la matinale de Jean-Jacques Bourdin.

Le bruit tout d’abord, souvent critiqué par les habitants qui vivent près de ces parcs mais qui, pour le spécialiste n’existe pas. 

"Les éoliennes françaises ne font pas de bruit. Des dispositifs anti-bruit sont installés pour que le niveau sonore revienne en dessous de la norme. Le bruit est couvert par la faune nocturne et les grillons".

"Le coût du démantèlement d’une éolienne est minime car elle est recyclable"

Certains détracteurs vont plus loin et parlent "d’imposture écologique": "C’est faux", rétorque Jean-Yves Grandidier: "Une éolienne tourne 7 000 heures par an toute l'année à puissance minimale. Le coût du démantèlement d’une éolienne est minime car elle est recyclable".

Enfin, c’est l’inutilité des éoliennes que réfute le spécialiste: "Dans un mix électrique renouvelable avec du solaire et de l’éolien, les deux sont complémentaires. Quand il y a beaucoup de soleil, en général il y a moins de vent et inversement. Dans 30 ans, le mix énergique solaire et éolien remplacera l'énergie nucléaire et représentera 80% de l’électricité".
Bourdin Direct (avec Caroline Petit)