RMC

Eau polluée à Josse (Landes): "on oblige nos enfants à la boire à la cantine"

A Josse (Landes), des familles ne boivent plus l'eau du robinet

A Josse (Landes), des familles ne boivent plus l'eau du robinet - AFP

A Josse (Landes) comme dans d'autres communes des environs, le taux de pesticides présent dans l'eau du robinet et au-dessus de la norme préconisée par l'Agence Régionale de Santé. Dès lors, une trentaine de famille, comme celle de Christelle Le Roux, refuse de boire cette eau, qui continue à être donnée à la cantine de l'école.

Christelle Le Roux, habitante de Josse (Landes) et membre du collectif "La bande à bonne'eau", créé par des consommateurs après les alertes de plusieurs associations et élus sur la pollution de l'eau dans la région:

"Les rapports de l'ARS (Agence Régionale de Santé) sont régulièrement diffusés à la mairie, notamment ceux indiquant les teneurs en pesticides dans l'eau. Fin 2016, lorsque je suis venue consulter le dernier rapport en date, je me suis rendue compte qu'il y avait des valeurs supérieures aux normes indiquées par rapport à certains pesticides. Avec d'autres familles, ça nous a quelque peu interpellé. On a donc cherché à comprendre quels étaient ces pesticides, si c'était grave ou non…

"Soit l'eau est propre à la consommation, soit elle ne l'est pas"

Petit à petit, en creusant le sujet, on apprend certaines choses qui nous paraissent un peu obscures. Ce qui nous inquiète d'autant plus, notamment concernant la santé de nos enfants. On a appris que l'eau était polluée et qu'il avait fallu demander au distributeur d'eau une dérogation au préfet pour pouvoir continuer à alimenter les différents foyers, les différentes communes (une dizaine au total, NDLR). Pourquoi une telle dérogation? Soit l'eau est propre à la consommation, soit elle est impropre. Si c'est le cas, il faut nous alerter.

Ce qui nous inquiète surtout c'est qu'on a l'impression qu'il y a une grosse machine derrière tout ça et que, nous, nous sommes seulement là pour payer nos factures. On reçoit quelques informations mais on n'a aucun recul, aucune information nous disant réellement s'il peut y avoir un problème avec cette eau ou pas. Ils devraient au moins nous interpeller pour que l'on prenne ensuite, à titre individuel, les décisions que l'on a à prendre pour se protéger ou pas. Que l'on soit au courant quand il y a un problème.

"Les enfants sont obligés de boire l'eau polluée"

Personnellement, par défaut, j'ai toujours acheté de l'eau en bouteille ce qui ne m'empêchait pas de temps en temps de prendre un verre d'eau du robinet. Mais elle a un goût, une odeur pas spécialement agréable. On dirait qu'elle est javellisée. Depuis fin 2016, depuis que je suis au courant qu'il y a des pesticides dangereux pour notre santé dans l'eau du robinet, on ne consomme que de l'eau en bouteille.

Si dans chaque foyer, chacun fait ce qu'il veut, quand on dépose nos enfants à l'école, on a envie de les laisser dans un lieu sain. Je donne donc une bouteille d'eau à mon petit garçon mais à partir du moment où il passe la porte de la cantine, il n'a plus le droit d'avoir cette bouteille avec lui. Les enfants sont obligés de boire l'eau qui sont dans les pichets et qui est de l'eau du robinet, donc de l'eau polluée.

"La situation pourrait s'aggraver"

En effet, on nous a expliqués que la cantine était de la responsabilité du maire. Lui estime que, malgré le fait qu'il y ait des pesticides, l'eau n'est pas interdite à la consommation. Il estime donc que ce n'est pas à lui de prendre la décision d'accepter ou pas l'eau en bouteille dans les cantines. Pour lui, à la cantine, rien ne doit venir de l'extérieur car il en a la responsabilité. Ce qui nous pose problème car du coup on oblige nos enfants à boire de l'eau polluée. Ou alors ils ne boivent pas d'eau pendant leurs repas. L'école publique pour moi est symbolique. S'il y a bien un endroit où nos enfants doivent être protégés, c'est là. Nous sommes des adultes, ils nous font confiance ce n'est pas pour leur faire boire de l'eau polluée.

Et la situation pourrait s'aggraver parce qu'à l'heure actuelle on est dans une période où l'utilisation des pesticides est au plus bas. Mais la saison des épandages va bientôt commencer. Donc plus ça va aller, plus le taux de pesticides présents dans l'eau va augmenter. Or, à partir du moment où l'on dépasse le taux normé, il y a un impact. Certes, aujourd'hui, ce n'est pas visible. Mais qu'en sera-t-il dans cinq ou dix ans? Que dire à mon fils si dans cinq ans il a un problème de santé alors que je savais que l'eau était polluée? Ce n'est pas dans quelques années qu'il faudra se réveiller et dire 'Mince, je le savais'…"

Propos recueillis par Maxime Ricard