RMC

Faut-il avoir peur du loup et de son "expansion rapide" en France?

Avec environ 430 individus estimés, le loup, tant redouté par certains éleveurs, continue son "expansion rapide" en France, sans toutefois atteindre encore le seuil de viabilité.

Le loup est "en phase d'expension rapide", selon l'Office national de la chasse et de la faune sauvage, qui a publié son bilan hivernal lundi. 

430 loups vivraient donc sur le territoire français. Le canidé gagne du terrain en France, sa population grimpe de 20% en un an et le nombre de zones où il est présent augmente de 30%. On peut le croiser dans les Alpes surtout, mais aussi en petit nombre dans le Massif central, dans les Vosges et dans les Pyrénées. Quelques loups arrivent également en plaines, dans le nord de la France, à la recherche d'un endroit où s'installer.

Le loup recolonise l'Hexagone mais n'a pas encore atteint son seuil de viabilité. En clair: avec 430 loups, on est encore loin de l'objectif fixé il y a quelques mois par le plan du gouvernement, qui prévoit en 500 d'ici 5 ans, malgré la colère des éleveurs.

"Il n'y a pas assez de loups en France"

"Il n'y a pas assez de loups en France" plaide le président de l'association Green sur RMC. "Ce n'est pas grand chose 430 loups sur toute la France quand on sait qu'il y en a plus d'un millier en Espagne ou en Italie. Mais je pose une question au ministre Hulot, qu'est-ce qu'on fait après, une fois que l'on a atteint l'objectif des 500 loups?". 

Il va y avoir un nouveau décompte qui permettra d'ajuster le plafond d'abattage, puisqu'il ne faut pas tuer plus de 10% de l'effectif pour assurer la viabilité de l'espèce. Mais déjà des éleveurs s'élèvent pour dénoncer ce recensement. La fédération nationale de défense du pastoralisme le juge clairement sous-estimé, sa co-présidente appelle une nouvelle fois à stopper cette "politique de sur-protection des loups".

Victor Joanin et X.A