RMC

Hautes-Alpes: après plusieurs attaques de chiens de berger, un maire interdit les ballades aux randonneurs

Le 4 août dernier dans l'Isère, un randonneur a été gravement blessé par un patou qui l'a mordu au à la cuisse, au mollet et au cou.

Pour tenter d’endiguer les attaques de loups, les éleveurs de brebis ont un allié de taille : le patou. Mais ces grand chiens de troupeau pouvant peser jusqu’à 64 kilos, font parfois du zèle. Depuis le début de l’été, plusieurs randonneurs se sont fait mordre par des patous. Résultat, le maire de Baratier, un village des Hautes-Alpes de 600 habitants, vient de prendre un arrêté pour interdire jusqu’au 31 août 2020 aux randonneurs l’accès à la montagne.

Éleveur de brebis depuis 20 ans, Robert Bernard estime que les touristes doivent faire attention à ne pas s’approcher des troupeaux, ajoutant que le patou n’est à l’origine pas un chien agressif : "Ce n’est pas par gaîté de cœur qu’on met des chiens dans les alpages. On fait tout pour s’adapter à la présence du loup alors les promeneurs doivent s’adapter à la présence du patou", ; assure-t-il à RMC.

"Dès qu’il estime qu’il y a une agression, le patou va défendre le troupeau. Et pour le patou, une agression ça peut être un animal ou un être humain qui se comporte bizarrement pour le chien. Un bras ou un bâton levé, c’est une agression pour le chien, comme le fixer dans les yeux. Dans ce cas-là il peut mordre", assure l’éleveur qui possède deux patous et un berger d’Australie pour protéger ses 500 brebis.

Éviter de s'approcher trop près des troupeaux

"Le seul comportement à avoir c’est d’éviter de s’approcher trop près du troupeau. Si le patou vient quand même, laisser le s’approcher, il va s’apercevoir au bout de deux secondes qu’il n’y a pas de danger et va repartir vers son troupeau", conseille Robert Bernard.

Du côté des randonneurs, on craint pour l’industrie touristique locale : "La montagne est à tout le monde, entre autres aux randonneurs. C’est toujours embêtant ce problème de Patou, parce que l’attrait touristique des Hautes-Alpes c’est quand même le sport en pleine nature dont la randonnée, qui fait vivre les gîtes et beaucoup de monde", déplore de son côté Gilles Floux, président du comité départemental de la randonnée pédestre des Hautes-Alpes.

"Si on décourage les randonneurs de venir dans les Hautes-Alpes alors qu’on a 2000 kilomètres de chemins de grandes randonnées, si les gens ne peuvent pas les emprunter c’est un gros problème pour nous", prévient-il.

Le 4 août dernier dans l'Isère, un randonneur a été gravement blessé par un patou. Selon France 3 Auvergne-Rhônes-Alpes, l'homme a été mordu au mollet à la cuisse et au cou après avoir croisé un patou protégeant un troupeau. Depuis le début de l'été, trois autres personnes ont été mordues dans les Hautes-Alpes, malgré les panneaux invitant les randonneurs et vacanciers à la prudence.

Guillaume Dussourt