RMC

Interdiction des animaux sauvages dans les cirques: "J'en ai marre des soi-disant associations de protection animale", déplore un dompteur

RMC
Dompteur de fauves, Frédéric Edelestein déplore le souhait de la ville de Marseille d'interdire les cirques avec des animaux sauvages.

Marseille rejoint la troupe. Après Paris, Lille ou encore Montpellier, la municipalité récemment élue de la cité phocéenne a assuré vouloir interdire la venue des cirques avec animaux sauvages. C’est le premier adjoint à la maire Benoit Payan, qui a annoncé dimanche sur son compte Facebook la volonté de la ville d’empêcher la tenue de tels spectacles.

Et si l’association de défense des animaux L214 salue logiquement la décision de la ville de Marseille, elle fait grincer des dents du côté des professionnels du cirque.

"Benoît Payan ne connaît pas du tout le sujet dont il parle. Il parle d’éléphants en cage mais ça n’existe pas. Cela a toujours été de grands enclos et grands espaces", a déploré sur RMC Frédéric Edelstein, dompteur de fauves et ancien directeur du cirque Pinder.

"Tous les sondages sont faussés"

"On est obligé de protéger le public avec une cage lors des représentations mais autrement les animaux ont de grands enclos, les normes sont tellement draconiennes et strictes qu’on ne peut pas faire n’importe quoi. Il n’y a pas de cas de maltraitance en France. On vit avec nos animaux (…) L’année dernière mes douze lions avaient une vie rêvée, aussi bonne que la mienne. J’en ai marre de ces soi-disant associations de protections animales qui ne protègent rien du tout et qui sabordent notre vie de dresseur", explique-t-il

Et si la plupart des Français se disent contre les animaux dans les cirques, Frédéric Edelstein l’assure, "tous les sondages sont faussés", accuse-t-il sur RMC, ajoutant que les associations de protections des animaux, "virulentes sur internet", tronqueraient les résultats. Pour trancher, il demande la tenue d’un référendum à l’échelle nationale.

Selon une étude OpinionWay commandée par des ONG de protection animale et datant d’octobre 2019, 65% des Français se disent "défavorables" à la présence d’animaux sauvages dans les spectacles de cirque. Les villes françaises semblent suivre cette tendant alors qu’environ 400 d’entre elles se sont déjà prononcées pour une interdiction des animaux sauvages dans les cirques. Et pas des moindres. Fin 2019, la municipalité de la ville de Paris avait annoncé son souhait d’interdire la venue des cirques d’animaux sauvages tout comme à Montpellier où le conseil municipal avait voté à l’unanimité une pareille interdiction en novembre 2018.

Guillaume Dussourt