RMC

Labels écolos: comment s'y retrouver?

Parmi la jungle de labels environnementaux, comment choisir le bon? L'agence de l'environnement et de la maitrise de l'énergie (l'Ademe) publie la liste des logos auxquels on peut faire confiance.

Il existe aujourd'hui plus de 400 labels environnementaux, c'est une vraie jungle et les consommateurs ne s'y retrouvent pas. Pourtant les produits de consommation représentent 70% des émissions de gaz à effet de serre. C'est pour cela que l'Ademe a décidé de créer un site internet: 100 labels environnementaux recommandés par l’Ademe.

Ces labels ont été retenus en fonction de plusieurs critères: une certification indépendante, un cahier des charges élaboré par des associations de consommateurs ou des institutions publiques, pas seulement des fabricants, et évidemment un impact environnemental réduit.

Cela permet de savoir quels sont les bons labels, ce qu'ils signifient exactement quel est leur cahier des charges et quels points ils peuvent améliorer. Les labels sont triés par catégorie de produits: alimentation, entretien et nettoyage, hygiène et beauté, vêtements et chaussures, mobilier, literie, textile de maison, bricolage et déco, papeterie, multimédia.

Et des sous catégories: pour les fruits et légumes par exemple, l'Ademe conseille 6 labels seulement: Label AB, Bio Cohérence, Déméter, Nature et Progrès, Max Havelaar et HVE. Pour la lessive, 4 labels seulement ont été retenus: l'écolabel européen, Ecocert détergent, Nature et Progrès et Sustainable cleaning.

Un seul label de confiance pour les jouets

Enfin pour les jeux et les jouets un seul label seulement a été considéré comme un label de confiance, c'est l'écolabel nordique qui exige notamment l'interdiction d'utiliser des produits chimiques dangereux pour la santé ou l'environnement lors de la fabrication.

Ce sont assez peu de labels qui sont retenus pour chaque catégorie de produits. L'Ademe préconise aussi qu'il n'y ait plus de nouveau label. L'agence de l'environnement estime que la jungle des labels est un problème pour et préconise qu'il n'y ait plus de nouveaux labels. Elle estime qu'il vaudrait mieux améliorer ceux qui existent déjà pour que les consommateurs puissent s'y retrouver et comprendre.

Marie Dupin (avec P.B.)