RMC

"Le combat contre la voiture est ringard": Valérie Pécresse dévoile son plan contre la pollution en Île-de-France et tacle Audrey Pulvar

Sur RMC, Valérie Pécresse a esquissé les premiers contours de son plan contre la pollution. Elle souhaite notamment permettre la transition vers des voitures plus propres en finançant ce changement à hauteur de 6000 euros d'aides aux particuliers.

Candidate à sa propre succession à la tête de la région Île-de-France, la tête de liste LR Valérie Pécresse était l'invité des "Grandes Gueules" ce mercredi sur RMC. Et elle s'en est pris indirectement à Anne Hidalgo la maire de Paris: "Le combat contre la voiture devient totalement ringard", a-t-elle taclé en préambule.

"Pourquoi ? Parce que demain, la voiture sera électrique et silencieuse. Moi, je me bats contre la pollution", a ajouté Valérie Pécresse.

"Mon fils a failli mourir d'une bronchiolite à l'âge de 15 jours. J'habitais le centre de Paris à l'époque et Paris était trop pollué donc on ne va pas me dire que je ne suis pas sincère dans mon combat contre la pollution", a-t-elle assuré en répondant au propos d'Audrey Pulvar qui estimait jeudi sur BFM Paris que Valérie Pécresse n'avait "rien compris à l'écologie".

"La voiture va continuer de rouler à Paris jusqu'en 2027-2030"

"Le combat contre la pollution, c'est changer les voitures polluantes. Proposer 6000 euros d'aides aux particuliers pour changer de voiture et proposer une zone de faible émission à l'intérieur de l'A86. Cela signifie que 90% de voitures des habitants de Seine-Saint-Denis doivent partir à la casse avant 2024.

Car "la voiture va continuer de rouler à Paris jusqu'en 2027-2030", assure Valérie Pécresse, évoquant comme objectif la construction du Grand Paris Express, qui va doubler le nombre de kilomètres de métro et permettre de faire le tour de Paris en métro. "Tant que ce grand Paris Express n'est pas terminé, on va encore massivement utiliser les voitures.

"Alors soit on agit comme la mairie de Paris en se disant, 'je m'en fiche, je protège mes habitants donc j'interdis de rentrer dans Paris mais j'interdis aussi de faire le tour de Paris avec le périphérique, mais je m'en fiche moi je suis Parisien j'ai le métro mais tant pis pour les habitants des Hauts-de-Seine de Seine-Saint-Denis et les Parisiens qui vont travailler en banlieue'", tacle Valérie Pécresse en guise de conclusion.

>> A LIRE AUSSI - Régionales en Île-de-France: Julien Bayou (EELV) écarte la gratuité des transports en commun

G.D.