RMC

Les animaux, pour moi, passent avant les hommes

-

- - AFP

Le salon Animal expo se tient ce week-end à Paris. Un passage incontournable pour les amateurs d'animaux de compagnie. Des amoureux des bêtes qui leur consacrent parfois leur vie, comme Michelle, retraitée qui confesse faire passer les animaux avant les humains.

Michelle a 67 ans et vit dans l'Indre. Elle a consacré sa vie aux animaux.

"J'ai deux ânes, deux béliers, une chatte de 21 ans et une que j'ai adoptée il y un an. J'ai aussi une chatte et deux chatons sauvages qui vivent dehors. Je n'ai plus de chien car je ne peux plus m'en occuper, mais j'en ai eu énormément – caniches nains, bergers allemands, dogues allemands… -, je n'arrive même pas à me rappeler combien.

J'aime les animaux plus que tout. J'ai fait de la protection animale le but de ma vie. Je n'en mange pas bien sûr, ce sont mes amis et je ne mange pas mes amis. J'ai 67 ans, et lorsque j'avais 25 ans, j'ai vu un reportage sur la façon dont étaient traités les chevaux qui arrivaient dans les abattoirs depuis la Pologne dans des états catastrophiques. Je me suis dit: plus jamais je ne mangerai un animal. Je suis devenu végétarienne et protectrice des animaux. J'ai ramassé tous les chiens que je pouvais, des vieux, des aveugles… Quand j'ai déménagé de la région parisienne ici dans l'Indre j'ai acheté une maison avec un grand terrain pour mes animaux.

"On n'est pas déçus par les animaux"

Le matin, je salue d'abord mes animaux avant de dire bonjour à mon conjoint. Ce n'est pas du tout le même contact. Je dis souvent que si je vois un homme ou un chien se noyer je sauverai le chien. Pour les bienpensants, je dirai que c'est parce que le chien est plus léger. Les animaux, pour moi, passent avant les hommes. J'aime les humains, mais c'est vrai qu'on n'est pas déçus par les animaux. Ils ne sont pas cruels, il n'y a pas de guerre comme en Syrie chez eux, les animaux ne sont pas capables de ça. Ils sont reconnaissants, ils ne vous jugent pas. Quand ils sont méchants ce n'est jamais de leur faute. Il suffit de leur faire comprendre qu'on ne leur veut pas de mal.

"Comme Brigitte Bardot, sans le physique"

J'ai été marié trois fois. Les hommes sont souvent très gentils quand ils veulent quelque chose. Les animaux ne sont pas gentils pour avoir quelque chose, ils savent qu'ils auront de toute façon. Mais je n'oublie pas les êtres humains, je donne systématiquement aux personnes qui mendient. J'ai toujours aidé les autres. Je conçois qu'on pense que les animaux n'ont pas à avoir une place si importante. Seulement si je me suis penché sur les animaux c'est qu'il y a une telle détresse... Les gens se permettent des choses, de les brûler de les martyriser, ils pensent qu'ils ont tous les droits sur les animaux. Ils ne peuvent pas faire ça sur les humains alors ils le font sur les animaux. Je suis comme Brigitte Bardot, sans le physique, et je ne suis pas d'extrême-droite".

Propos recueillis par Philippe Gril