RMC

"Brume de sable": comment expliquer l'étonnant phénomène météo qui touche la Martinique et la Guadeloupe?

Record de visiteurs en Martinique en 2017.

Record de visiteurs en Martinique en 2017. - Kenzo Tribouillard - AFP

Il est demandé aux habitants de l'archipel de reporter certains travaux d'entretiens et de "limiter l'usage des véhicules diesel non équipés de filtres à particules, et les transports routiers de transit".

Un immense nuage de sable fin et de poussière du désert du Sahara, charrié par les vents, fait actuellement suffoquer les Caraïbes, dont les Antilles françaises, et a même commencé à affecter mercredi la Floride, ont averti les autorités américaines et françaises.

La Martinique et la Guadeloupe sont traversées depuis plusieurs jours par une "brume de poussière d'une intensité plus importante que ces dix dernières années", a indiqué mercredi Météo-France en Guadeloupe. Les préfectures de Guadeloupe et Martinique ont déclenché des "procédures d'alerte".

En Guadeloupe, la Soufrière a disparu derrière une épaisse brume de poussière, aussi appelée "brume de sable" par les habitants et les médias locaux. Qu'une "brume de sable" traverse ainsi l'Atlantique sur des milliers de kilomètres, poussée par les alizés, est un événement classique, selon les météorologues. Mais cette année le phénomène atteint une intensité inédite depuis des décennies: "L'intensité est plus importante que ces dix dernières années", souligne Cécile Marie-Luce, responsable du service prévisions du centre Météo-France de Guadeloupe.

La qualité de l'air s'est ainsi dégradée à Miami, les responsables sanitaires de la métropole conseillant aux habitants souffrant de problèmes respiratoires de rester chez eux. Le nuage de particules risque de polluer l'air en Floride jusqu'à la semaine prochaine, ont prévenu les autorités de la péninsule. Ces derniers jours diverses îles de l'arc caraïbe, comme la Jamaïque, Porto Rico, la Guadeloupe ou la Martinique, ont vu leur ciel d'obscurcir en raison de ce nuage.

Mardi, en Guadeloupe, la concentration en particules fines PM10 dans l'air dépassait largement le seuil d'alerte, à savoir 80g/m3 en moyenne sur 24 heures, a indiqué la préfecture de Guadeloupe dans un communiqué commun avec Gwad'Air, qui contrôle la qualité de l'air du territoire.

Il est donc demandé notamment aux habitants de l'archipel de reporter certains travaux d'entretiens comme la tonte de sa pelouse, et dans le secteur des transports, de "limiter l'usage des véhicules diesel non équipés de filtres à particules, et les transports routiers de transit". Il est également demandé d'"encourager le recours au télétravail pour les agents des services de l'Etat et administrations lorsque ce dispositif existe".

Météo-France indiquait mercredi que l'arrivée d'une onde tropicale devrait atténuer le phénomène mais un retour de la brume de sable est annoncé pour vendredi.

La rédaction de RMC (avec AFP)