RMC

Canicule: les éleveurs bovins sur le qui-vive

Si les fortes chaleurs affectent bien évidemment les humains, les animaux en pâtissent aussi, pas de clim dans les prés. L'herbe brûle, l'eau vient à manquer, les mouches se multiplient. RMC a rencontré un éleveur bovin dans le Morvan en Bourgogne Franche-Comté.

Première vérification du troupeau pour Jean-Pierre Fleury, éleveur de bovins en Côte-d’Or. En temps normal, il se rend tous les deux jours dans son pré, mais en cette semaine de canicule, il prévoit de venir matin et soir pour s’assurer de la bonne santé de ses bêtes:

"Quand une vache va avoir un problème, elle a les oreilles basses. Si la vache a un problème, le veau peut avoir un problème car elle va perdre son lait. La première chose que l'on regarde, c'est le souffle. Le plus caractéristique, c'est le coup de chaud. A ce moment-là, on a moins de 12 heures pour réagir, il faut les rentrer immédiatement, les mettre à l'ombre et faire venir le vétérinaire".

Un manque d'eau à venir?

Autre inquiétude l’eau… Si cet éleveur a installé des abreuvoirs branchés sur le réseau, tous ces prés n’en sont pas équipés et les mares sont déjà presque à sec. Il va donc devoir pomper l’eau de l’étang à côté: "La consommation d'une vache en période normale est de l'ordre de 70 litres par jour et en période de canicule, ça monte à 90-100 litres par jour. On sait déjà qu'il y a des points d'eau qui vont décrocher à partir de jeudi. On va préparer le matériel demain et on sait que jeudi, on va commencer à transporter de l'eau".

Aujourd’hui la plus grande crainte de cet éleveur: que la sécheresse s’installe après cet épisode de canicule.

Margaux Bédé avec Paulina Benavente