RMC

"Ils ont dit que, cette fois, ils ne partiraient pas": émotion après la disparition de Josette et Léopold emportés par les flots avec leur maison à Roquebillière

Un couple de retraités a disparu ce week-end alors que les intempéries frappaient le Sud-Est de la France: Josette et Léopold ont tardé à évacuer leur maison dans la commune de Roquebillière et ont été emportés par les flots.

Deux visages à la Une des journaux locaux et sur les réseaux sociaux: ceux de Josette et Léopold. Ces deux retraités âgés de 83 et 88 ans ont tardé à évacuer leur maison dans la commune de Roquebillière: ils ont été emporté par les flots avec leur habitation. Dans la commune, on essaie de comprendre comment un tel drame a pu se dérouler sous les yeux des habitants. 

"Ils ont dit que, cette fois, ils ne partiraient pas, qu'ils étaient à un âge où ils préféraient mourir dans leur maison plutôt que d'évacuer, assure Gérard Manfredi, maire de la commune sur RMC. On a passé la journée à tenter des les convaincre..." 

Jusqu'au dernier moment, avec l'aide d'un pompier, les secours ont tenté de sauver Josette et Léopold: "Il est rentré chez eux, il essayait des les convaincre de sortir, il restait quelques minutes. Il leur a même pris la main pour sortir, pour les entraîner, mais ils ont refusé. Le pompier a dû sortir parce que la maison commençait à trembler de tous les côtés. Et à ce moment-là, les flots ont dévasté la maison" souffle l'élu. 

Dans le village, l'émotion est forte. Jacqueline connaissait bien ce couple qui habitait Roquebillière depuis une quarantaine d'années: "Le soir, je n'arrive pas à m'endormir. Ils sont toujours devant mes yeux et je me demande ce que l'on aurait pu faire pour leur faire changer d'avis. On n'arrive pas à s'imaginer qu'on puisse se laisse mourir comme ça alors qu'il y avait moyen de les sauver".

Dans Nice-Matin, le fils des deux retraités assure, lui, que ces parents ont voulu récupérer des affaires avant de partir mais qu'ils ont mis trop de temps à évaluer la gravité de la situation.

Mahauld Becker-Granier et Martin Cadoret