RMC

Inondations dans le Loiret: "Nous n'avons eu aucune assistance pendant dix heures"

TEMOIGNAGES - Près de 400 automobilistes naufragés de l'A10 et secourus par l'armée ont passé la nuit dans un centre d'accueil d'Orléans après avoir été bloqués toute la journée sur l'autoroute en raison des inondations. Et ce mercredi, nombre d'entre eux reprochaient le manque d'information dans cette situation exceptionnelle.

Le Loiret est en vigilance rouge "inondation" pour les risques de crue du Loing, un affluent de la Seine, jusqu'à ce mercredi 16h. Dans ce département, il est tombé en 72 heures l'équivalent de 20 jours de précipitations. Conséquence: plus de 1.000 personnes ont été évacuées en raison de la crue exceptionnelle du Loing. Autre conséquence: ce mardi l'autoroute A 10 a été coupée ce qui a entraîné le blocage de plusieurs centaines d'automobilistes dont 400 ont été transportés en camion militaire au palais des sports d'Orléans pour y passer la nuit.

"Nous étions prises en tenaille"

Les visages sont fatigués, tout le monde est exténué. Parmi ces naufragés, France, 75 ans, est restée coincée, avec sa fille et ses deux petits-enfants, pendant près de dix heures sur l'autoroute: "Une mare s'est formée derrière nous et ce qu'il y avait devant était encore plus important. Du coup, en quelque sorte, nous étions prises en tenaille". Et de revenir sur son expérience: "Heureusement qu'on avait quand même quelques provisions… Ça a été à peu près mais pour les enfants c'est long. On est sortis sur l'autoroute pour les faire marcher. Il a fallu les changer…"

Allongés sur la centaine de lits de camp disposés à l'intérieur du bâtiment, tout le monde se pose la même question: combien de temps cette situation va-t-elle durer? "On ne sait pas, s'inquiète cette naufragée. On va être là une journée ou deux, je ne sais pas exactement". Une autre de paniquer quelque peu: "On ne sait pas comment on récupérera nos voitures, on ne sait rien. Pour l'instant, on ne sait rien".

"On n'a eu aucune information"

Une situation déplorée aussi ce mercredi matin par Cyril. Cet architecte de 45 ans faisait le trajet Troyes-Le Mans et a voulu passer par Orléans pour éviter Paris. Il s'est retrouvé bloqué pendant dix heures sur l'A10. S'il a passé une bonne nuit au palais des sports d'Orléans, il se dit très remonté contre le manque de moyens: "La seule information que l'on a eu, c'est uniquement par la radio de l'autoroute. Mais cela nous semblait un peu contradictoire par rapport à ce que l'on vivait sur le terrain".

"Nous, 'les naufragés de l'A10, reprochons le fait de n'avoir eu aucune assistance pendant ces dix heures, poursuit-il. On a rencontré personne, on n'a pas eu de distribution d'eau, de boissons ou de sandwiches de la part de Vinci Autoroutes. On n'a eu aucune information de leur part. On avait uniquement des informations entre nous grâce aux radios nationales. C'est seulement à 19h00 que l'on a appris que l'armée nous prenait en charge et allait nous évacuer".

M.R avec Antoine Perrin