RMC

Plan canicule: "On peut éviter des catastrophes individuelles"

-

- - AFP

Alerte canicule dans 12 départements. Aux Sables-d'Olonne, en Vendée, le centre communal d'action social a mis en place des opérations de prévention pour surveiller les personnes vulnérables.

Le thermomètre grimpe sur l'Hexagone. 12 départements ont été placés en vigilance orange canicule. Météo France prévoit le maintien de cet "épisode de très fortes chaleurs, bref mais intense, au moins jusqu'à demain matin à 7h".

Aux Sables-d'Olonne, en Vendée, le beau temps fait le bonheur des vacanciers mais pour les autorités, cette alerte canicule incite à la prudence. Le Centre communal d'action social (CCAS) a ainsi commencé ses opérations de prévention. Depuis lundi, les équipes du CCAS contactent les personnes vulnérables pour s'assurer qu'elles ne soient pas en situation de détresse. Au bout du fil, principalement des personnes âgées, souvent isolées.

"Ca rassure les personnes"

Et le dispositif est bien rôdé: "Pour les personnes qui ne répondraient pas à nos appels téléphoniques je donne la liste aux responsables de la police municipale qui enverra des policiers municipaux au domicile des gens. On peut éviter des catastrophes individuelles. Ça rassure aussi les personnes, elles savent que quelqu'un s'intéresse à elles", explique Dominique Francioni, le directeur du CCAS.

Des brochures viennent également rappeler les précautions à prendre en cas de forte chaleur. Des réflexes parfaitement intégrés par Paulette, 89 ans: "Je ferme les volets et je bois beaucoup, beaucoup d'eau. Presque 2 litres. Il faut quand même prendre soin de soi. J'ai de la famille pas loin qui m'appelle tous les jours. On a toujours peur mais il faut profiter du beau temps".

L'adjointe au maire de la ville, Annie Comparat, rappelle aussi que les familles des personnes vulnérables ont aussi un rôle à jouer: "Tout le nécessaire est fait pour les personnes âgées. On est alerté et on fait attention. Mais il en va aussi de la responsabilité des familles, on ne peut pas se substituer à eux", rappelle-t-elle.

P.B. avec Adrien Godet