RMC

Sarkozy et le climat: "Entendez-vous des hommes politiques remettre en cause le fait que la terre tourne autour du soleil?"

Nicolas Sarkozy le 12 septembre 2016, à Provins.

Nicolas Sarkozy le 12 septembre 2016, à Provins. - Thomas SAMSON / AFP

Nicolas Sarkozy est-il devenu climato-sceptique? C’est en tout cas le sens de son intervention devant l’Institut de l’entreprise, mercredi. Le candidat de la primaire à droite a relativisé l’influence de l’homme sur le changement climatique, en lançant "ça fait 4,5 milliards d’années que le climat change". Une position qui fait bondir les climatologues.

Valérie Masson-Delmotte est paléo-climatologue, co-présidente du groupe de travail 1 du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC).

"Nicolas Sarkozy fait référence aux grandes variations climatiques passées, en suggérant que l’homme n’est pas responsable de tous les aspects de ce changement. Mais c’est une grande confusion. C’est comme dire 'dans le passé tous les humains modernes sont venus d’Afrique' pour parler des mouvements de populations actuels. Sur le changement climatique qui est en cours aujourd’hui, l’influence de l’homme est clairement établie. C’est le résultat de tous les travaux de recherche des laboratoires français et internationaux qui sont synthétisés dans les rapports du GIEC, remis aux décideurs politiques tous les 5-6 ans. 

Nicolas Sarkozy est un homme politique. Quel est le contexte international par rapport au changement climatique? Il y a une prise de conscience planétaire, il y a la réussite de la COP 21, un accord de Paris qui va rentrer en vigueur quand un nombre de pays suffisant l’aura ratifié. La Chine, les USA, le Brésil le ratifient. Chaque pays fait face à des enjeux majeurs à la fois pour s'adapter à un climat qui va changer inéluctablement dans les prochaines décennies et pour agir afin de réduire rapidement les rejets de gaz à effet de serre. La stratégie d'adaptation est importante en France comme dans le monde pour le littoral, l'agriculture, le tourisme, l'eau...

"Quelque chose qu’on entend aussi dans la bouche de Donald Trump"

Le tournant international vers l'action est aussi une opportunité économique par rapport aux nouveaux secteurs créateurs d'emplois. C'est une chance pour la France à condition de construire une vision des solutions qui peuvent être portées pour agir. 

La mise en cause du constat scientifique très clair de l'influence humaine sur le climat est quelque chose qu'on entend aussi dans la bouche de Donald Trump. Je suis très surprise d’entendre ça de la part de Nicolas Sarkozy. J’ai repris le discours qu’il avait fait à l’ONU en 2009 avant la conférence de Copenhague et il est très clair. Il fait référence au constat scientifique de l’époque et ce constat s’est renforcé depuis.

"Triste de voir qu’il y a une politisation de cet enjeu"

C'est d'autant plus étonnant d'entendre ça dans un contexte où la température mondiale bat des records en 2015 et en 2016. Ma question c’est ‘Quel est le projet de Nicolas Sarkozy par rapport à ce constat scientifique’?. Une transformation profonde est en cours au niveau mondial dans les politiques publiques. Quelle sera la part de la France dans cette transformation? La question du réchauffement climatique n’est pas attachée à un parti politique ou à une petite partie de la population. C’est une question qui nous concerne tous. Je suis triste de voir qu’il y a une politisation de cet enjeu.

Cela risque de décrédibiliser très fortement la parole politique. Nos civilisations occidentales se sont construites en faisant confiance à la science Pour les connaissances, la compréhension du monde et les progrès technologiques, en faisant confiance aux travaux scientifiques et leur approche objective, rigoureuse, vérifiable.

Voir des leaders politiques briser ce pacte, ça m’inquiète énormément pour la vision qu’on porte pour l’avenir. Est-ce que vous entendez des hommes politiques remettre en cause le fait que la terre tourne autour du soleil? Non. La gravité? Non. Et pourtant c’est le même niveau par rapport aux connaissances scientifiques sur l’influence de l’homme sur le climat."

Propos recueillis par AM.