RMC

Normandie: comment sauver Pumba, marcassin d'un mois?

Un Normand tente de sauver Pumba, un petit marcassin qu’il a sauvé. Il voudrait le garder chez lui mais ça n’est pas si simple.

Alexis habite dans un petit village de l'Eure, en Normandie. Il y a plus d'un an il a recueilli chez lui un petit marcassin venu de la forêt toute proche. Il décide de l’adopter, et fait toutes les démarches légales. Tout se passe bien. Du coup il y a quelques semaine, quand un ami trouve un autre petit marcassin dont la mère a été écrasée sur la route, il amène directement chez Alexis le petit mammifère déshydraté. Au départ Alexis essaie de lui trouver une place dans un refuge mais sans succès. Il décide alors de le nommer Pumba et de le recueillir lui aussi.

"On demande que Pumba reste définitivement à la maison. Il fait 3 kg, il a un mois. On est confiant pour sa santé. On s'en occupe comme nos autres animaux. On lui donne des biberons, on le lave. Je le considère comme mon bébé."

A-t-il a le droit de garder Pumba?

Pour recueillir un sanglier, il suffit faire une "déclaration de détention" sur Internet, auprès de la Préfecture. C’est très simple. Par contre avoir deux sangliers c’est beaucoup plus compliqué car c’est considéré comme de l’élevage, et il y’a plein de démarches à faire, il faut un certificat spécial, il faut faire des stages…

Sauf qu’évidemment Alexis n’a pas fait tout ça. Il pensait qu’il n’y aurait pas de problème avec la préfecture comme pour son premier marcassin. Sauf que cette fois la préfecture ne lui répond pas et il craint le pire pour Pumba qui pourrait dans le pire des cas être euthanasié.

"On est bien évidemment ouvert à plusieurs visites par mois, par an, on n'a rien à cacher. Nos animaux sont heureux. Moi ce qui me fait peur c'est que des personnes des services de l'Etat se prononcent sur le sort de Pumba, lui il est heureux, il ne cause de tort à personne."

Une décision de justice

Nous avons contacté la préfecture de l'Eure, qui nous a confirmé que ce n'est pas possible d'avoir chez soi deux sangliers sans diplôme, ce qu’on appelle un "certificat de capacité".

Mais on a découvert qu'il existait une décision de justice qui pourrait bien changer la donne. Le 15 mars 2021 la Cour d'appel de Grenoble a estimé qu'une habitante de la Drôme avait le droit de conserver la garde de ses deux sangliers puisqu'ils étaient, sans son aide, menacés d'être euthanasiés. On a transmis cette décision de justice à la préfecture et on attend leur retour évidemment pour connaître le sort de Pumba.

Marie Dupin (édité par J.A.)