RMC

"Objectif Terre": Trump, les lois environnementales et la pollution qui va exploser

RMC
Chaque matin, un sujet pertinent concernant l'environnement planétaire et les bonnes résolutions à prendre pour sa protection.

Depuis le début de son mandat, Donald Trump est revenu sur près d’une centaine de lois de protection de l’environnement. Dernière en date: la suppression des contrôles de pollution sur les cours d’eau. 

Concrètement, cela veut dire que maintenant n’importe qui va pouvoir balancer des polluants comme des engrais ou des pesticides directement dans les cours d’eau. Cela veut aussi dire que des zones humides pourront être détruites pour des projets de construction. Des zones humides pourtant très importantes dans la régulation des ressources en eau, la protection contre les inondations... sans parler de la grande biodiversité qu’elles hébergent.

Cette nouvelle règle annule celle de Barack Obama de 2015, et affaibli énormément le "Clean Water Act" de 1972. Une bonne nouvelle pour des agriculteurs, mais aussi des promoteurs immobiliers, ou encore des propriétaires de golf. Trump possède d'ailleurs plus d’une douzaine de terrains de golf à travers les Etats-Unis.

Les conséquences s’annoncent désastreuses: des cours d’eau pollués qui vont se répandre dans tout le pays, et au-delà. Une eau potable qui ne sera plus garantie, des inondations à cause des constructions à tout va ou encore des sécheresses à cause de la mauvaise gestion des ressources en eau. Les scientifiques du gouvernement, pourtant nommés par l'administration Trump, affirment que le risque est bien réel. Conclusions qui ont simplement été ignorées...

Le seul objectif de Trump: plaire à ses électeurs

En premier lieu, les producteurs d’énergies fossiles, les agriculteurs, les grandes entreprises. Tous ceux pour qui les lois environnementales représentent une contrainte.

Il faut savoir que la plupart des personnes qui ont des postes à l’écologie dans l’administration Trump travaillait avant dans le pétrole, le gaz, le charbon, l’agriculture. Mais elles ont toutes le même but: permettre aux pollueurs de continuer à polluer librement avec des répercussions sur la qualité de l’air, de l’eau, et aussi sur la faune et la flore. Plusieurs lois reviennent par exemple sur la protection d’animaux menacés.

Selon un rapport de la New York University Law School, ces changements de réglementations pourraient augmenter considérablement les émissions de gaz à effet de serre... et entraîner des milliers de décès supplémentaires par an.

Géraldine de Mori (avec J.A.)