RMC

Parisot : « Pas sûr que l’Allemagne puisse se passer du nucléaire »

La présidente du Medef, Laurence Parisot, invitée sur RMC et BFM TV ce lundi

La présidente du Medef, Laurence Parisot, invitée sur RMC et BFM TV ce lundi - -

L'Allemagne annonce qu’elle fermera toutes ses centrales nucléaires d'ici 2022. Invité de Bourdin Direct ce lundi, la présidente du Medef, Laurence Parisot, est dubitative face à ce choix des Allemands.

L'Allemagne décide de ne plus produire d'électricité nucléaire à partir de 2022. La coalition gouvernementale l'a annoncé cette nuit. Tandis que l'Allemagne produit 22% de son électricité grâce à l'atome, en France, c'est 90% de l'électricité qui est d'origine nucléaire. Pour la présidente du groupe nucléaire Areva, Anne Lauvergeon, la décision allemande est « totalement politique ». Elle indique même qu'elle n'exclue pas un retournement de situation d'ici 2022.

En direct sur RMC et BFM TV ce lundi matin, Laurence Parisot, la présidente du Medef, est dubitative face à ce choix des Allemands : « Aujourd’hui on peut se poser un certain nombre de questions : est-ce que l’Allemagne fait ce choix tout en sachant qu’elle va continuer à importer du nucléaire de France ? Est-ce qu’il y a au contraire derrière cela un plan gigantesque d’innovation technologique, c’est fort possible. Même s’il y avait un tel plan, il n’est pas certain que l’Allemagne puisse financer un coût énergétique compétitif sans nucléaire. »

« Un problème pour la compétitivité de l’UE »

Interrogé sur l’éventualité que le prix de l’électricité augmente à terme en Allemagne, Laurence Parisot répond : « Probablement. A terme cela pose un problème pour la compétitivité globale de l’Union Européenne. »

Laurence Parisot qui souhaite par ailleurs la nomination de Christine Lagarde à la direction générale du FMI.

Pour écouter l'intégralité du podcast de l'interview de Laurence Parisot par Jean-Jacques Bourdin, cliquez ici.

La Rédaction