RMC

Projet de loi climat: pourquoi ça va chauffer à l'Assemblée nationale

Personne ne semble d'accord sur ce projet de loi dont les uns disent qu'il ne va pas assez loin, et d'autres trop.

Le projet de loi climat passe sur le grill des députés. La commission spéciale de l'Assemblée Nationale commence ses travaux ce lundi après-midi, pour deux semaines. Le texte sera ensuite débattu en hémicycle à partir du 29 mars, pendant trois semaines.

Le texte, issu des travaux et des propositions de la Convention Citoyenne pour le Climat, présente 69 articles. Les thématiques sont très variées : rénovation thermique des bâtiments, publicité, transports, artificialisation des sols, agriculture...

Les députés ont déposé près de 5.000 amendements, les discussions s'annoncent donc enflammées dès le passage du texte en Commission.

"Ca va se crisper très vite"

Le projet de loi du gouvernement a subi les critiques des citoyens de la Convention, du Haut Conseil pour le Climat et de plusieurs membres de l'opposition, pour qui le texte n'est pas assez ambitieux et ne reprend que partiellement les propositions des citoyens.

Les discussions risquent de se tendre d'entrée parce que c'est le dernier grand projet de loi sur l'environnement du quinquennat explique une députée LREM. Et pour tenter d'obtenir un texte le plus ambitieux possible, les amendements se multiplient, même parmi les députés marcheurs. Plus de 1.500 rien qu'à LREM.

"Ca va se crisper très vite", souffle un membre de la majorité. Notamment sur la régulation de la publicité, l'une des premières thématiques du texte.

"Clairement le gouvernement n'en fait pas assez", peste un député écolo. Pour l'instant seule la publicité pour les énergies fossiles serait interdite. Plusieurs amendements ont donc été déposés pour élargir cette interdiction.

Notre crainte c'est que certains députés profitent de ce texte pour proposer n'importe quelle mesure écolo, s'exaspère un responsable de la commission spéciale. "Nous devons nous concentrer sur les mesures pour réduire les gaz à effet de serre", martèle-t-il. Beaucoup d'amendements risquent donc de passer à la trappe, car jugés irrecevables. 

Romain Cluzel (avec J.A.)