RMC

Sécheresse dans les vignes alsaciennes: "la récolte va être très faible"

-

- - Romain Poisot/ RMC

La météo touche durement les vignes alsaciennes. Selon l’association des viticulteurs d’Alsace, les pertes sont de 30% sur l'ensemble du vignoble alsacien. Pour eux, il s'agit de la pire sécheresse depuis 1976. RMC est allée à la rencontre de l'un d'eux.

Des raisins plus petits que des groseilles et des vignes dégarnies! Les vignerons alsaciens vivent la pire sécheresse depuis 1976, selon eux. Même la sécheresse de 2003 n’avait pas duré aussi longtemps. Les dernières grosses pluies remontent à début juin.

Les quelques gouttes tombées ce week-end n'ont pas étanché la soif du vignoble. Certaines parcelles de vignes ne donneront rien du tout cette année.

Selon l’association des viticulteurs d’Alsace, les pertes sont de 30% sur l'ensemble du vignoble alsacien, et vont même jusqu'à 80% sur certaines parcelles où les vignes ont moins de 8 ans.

Cette année à cause de la chaleur les vendanges sont prévues beaucoup plus tôt, début septembre. Il y a quelques années la récolte des raisins s'effectuait fin septembre. 

"Un goût de caoutchouc brûlé"

Hubert Krick est propriétaire récoltant à Wintzenheim, à côté de Colmar. Certaines parcelles de ses vignes sont complètement asséchées.

RMC est allée avec lui constater les dégâts: de jeunes vignes dégarnies, un sol caillouteux, poussiéreux et des feuilles presque orange qui craquent sous les doigts. Le plus dur pour Hubert, c’est de voir l'état de son raisin: "C'est vraiment des gratte poivre. Ca ne donnera rien de bon. C'est amer, ça a presque un goût de caoutchouc brulé".

Impossible que ce raisin-là réponde au cahier des charges exigeant des grands vins d'Alsace. Alors il faudra trier un peu plus pendant les vendanges: ne pas mélanger ce raisin sec avec les grappes saines: "Du tri ça va beaucoup moins vite, c'est de la main d'œuvre ne plus pour une récolte plus petite".

Au total Hubert prévoit une perte de 15 à 20% de sa récolte cette année et la perte pourrait devenir plus importante encore s'il ne pleut pas avant les vendanges.

La rédaction avec Romain Poisot