RMC

De plus en plus de logements sécurisés: "Je suis dans un quartier où il y a déjà eu quelques problèmes…"

TEMOIGNAGE - Selon une étude de l'Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP), 67% des ménages déclarent disposer d'au moins un équipement de sécurité au sein de leur résidence principale. RMC est allée à la rencontre d'une résidente de l'Essonne qui a sécurisé sa maison.

Alarme, caméra, digicode, porte blindée... Les Français se barricadent: près 7 ménages sur 10 déclarent disposer d'un équipement de sécurité afin de protéger leur logement. Plus précisément, selon une étude de l'Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP), 67% des ménages déclarent disposer d'au moins un équipement de sécurité au sein de leur résidence principale. Une pratique qui augmente. En effet, en 2007, le taux d'équipement des ménages n'était que de 60%.

Chez Claudia, habitante de l'Essonne, la maison est ultra-sécurisée: toutes les pièces de la maison sont équipées de détecteurs de mouvement. "En cas d’effraction, d’ouverture ou de casse des vitres, automatiquement c’est un déclenchement d’alarme. C’est-à-dire que la sirène va s’enclencher, la police municipale va être avertie, et c’est elle qui va venir faire un petit contrôle", témoigne-t-elle sur RMC.

"Maintenant que je suis seule…"

La sexagénaire a perdu son mari il y a cinq ans. Depuis elle a pris toutes les précautions. Dans son jardin, des pancartes avertissent les intrus de son système d’alarme. En début d’année, elle a même acquis un interphone avec caméra. "Je suis dans un quartier où il y a déjà eu quelques problèmes, justifie-t-elle. Et donc maintenant que je suis seule je n’ai pas envie d’avoir une agression ni quoi que ce soit." Et ça semble fonctionner. Contrairement à ses voisins, elle n’a jamais été cambriolée.

Selon Cyrille Risk, de l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales, ces dispositifs ne peuvent pour autant pas empêcher 100% des cambriolages. "Il y a un phénomène contre lequel on peut se prémunir difficilement, c’est le criminel organisé. Celui qui va avoir vraiment de l’expérience et qui va pouvoir rentrer dans toutes les maisons. En revanche, en ayant des équipements de sécurité, on va se prévenir du vol d’opportunité celui qui va être commis par une personne qui va profiter d’une faiblesse". A noter que pour sécuriser leur logement, les ménages choisissent en priorité les portes blindées, puis les digicodes.

M.R avec Cécile Costes