RMC

Aide sociale à l'enfance: "Elle est où la protection?", Gabrielle, enfant placée, raconte son parcours de foyers en familles d'accueil

Le gouvernement lance ce mercredi une grande concertation sur la protection de l'enfance. Parmi les thèmes: comment éviter les ruptures de parcours, mieux soutenir la parentalité, dans quelle mesure permettre l'adoption de ces enfants.

Comment mieux accompagner les enfants placés? Le gouvernement va se pencher sur la question dès ce mercredi avec une grande concertation. C'est le secrétaire d'Etat à la protection de l'enfance, Adrien Taquet qui va s'y atteler avec l'Association des départements de France.

Six groupes de travail, en présence des jeunes placés, de leurs familles, des associations, parlementaires, élus et représentants départementaux pour réformer l'ASE, l'Aide Sociale à l'Enfance.

RMC a rencontré Gabrielle, 17 ans, elle sort tout juste des services de l'Aide sociale à l'enfance et se débrouille aujourd'hui de manière autonome. Un parcours du combattant, renvoyée de famille d'accueil en famille d'accueil.

Sa mère est atteinte de schizophrénie, son père décédé. Elle est placée dans un premier foyer d'accueil à l'âge de 4 ans: "J'ai vécu pas mal de choses là-bas, du harcèlement moral, du harcèlement physique, du viol".

"Elle est où la protection?"

Pudique, elle n'en dira pas plus. Gabrielle est ensuite placée en famille d'accueil, mais ne va pas y rester très longtemps. Au total elle a connu trois foyers et quatre familles d'accueil:

"A chaque fois c'était un peu la misère. Quand je suis arrivée je n'arrivais même pas à faire la bise ou un bonjour parce que je ne connaissais pas l'affection réelle. Tu ne peux pas t'attacher parce que tu sais que ça ne va pas durer. C'est de la pure merde de dire la 'protection' de l'enfance, elle est où la protection?"

Gabrielle aimerait que l'Etat accompagne davantage tous les enfants vulnérables: "Il faut nous aider. Le monde de l'ASE et de la Ddass devient n'importe quoi. On a tous pas choisi d'être en famille d'accueil ou en foyer, surtout quand on est petits".

Aujourd'hui Gabrielle est autonome, actuellement en seconde, elle veut passer son bac, et devenir peut -être un jour éducatrice spécialisée à l'aide sociale à l'enfance pour "montrer l'exemple".

Marie Monier