RMC

"Le président ne fait pas de la politique politicienne sur le dos de la crise" assure Maud Bregeon

Témoin de la semaine des "Grandes Gueules" ce vendredi sur RMC et RMC Story, Maud Bregeon, porte-parole de La République En Marche, a défendu le bilan d'Emmanuel Macron et précisé quelques pistes de programme pour un éventuel second mandat.

"Je ne sais pas (quand il va se présenter)." Même au plus haut de l'organigramme de la République en marche, c'est l'incertitude sur la date de candidature d'Emmanuel Macron. Invitée des "Grandes Gueules" ce vendredi sur RMC et RMC Story, Maud Bregeon, la porte-parole du parti présidentiel, n'est sure que d'une chose: "Le président est au travail, sur le front sanitaire, économique, international".

"J'ai très envie de signer pour cinq ans de plus"

Face aux GG, l'ancienne candidate à la mairie de Levallois a mis en valeur le bilan du président de la République, surtout après les annonce des taux de chômage, ce vendredi: "On a un taux de chômage de 7,4%, au plus bas depuis 2008. Le taux de chômage est au plus bas depuis plus de 40 ans." Avant de reprendre le slogan lancé par les Jeunes avec Macron: "J'ai très envie de signer pour cinq ans de plus."

La réforme des retraites au programme d'un quinquennat Macron II?

Invitée par Alain Marschall à détailler le programme du futur-candidat Macron, Maud Bregeon a lancé quelques pistes face aux GG: "En matière de sécurité, on a réparé ce qui n'avait pas été fait en augmentant le nombre de forces de l'ordre, mais le prochain quinquennat doit être celui de la transformation. On a avancé sur le plan économique, avec les réformes du marché du travail. Il va falloir avancer sur d'autres points comme la réforme des retraites, sur l'éducation et sur le plan industriel."

Questionnée sur l'absence de réforme des retraites lors du premier quinquennat, celle qui est aussi ingénieure nucléaire chez EDF explique qu'"une réforme des retraites, c'est toujours complexe et ça l'a été dans un quinquennat qui a été complexe avec la crise des gilets jaunes puis la crise sanitaire".

>>> Tous les podcasts des Grandes Gueules sont sur le site et l'appli RMC

L'école comme socle d'un second quinquennat

"Il y a un besoin de transformer l'école." Selon les dires de la porte-parole de LREM, le quinquennat Macron II pourrait être celui d'une réforme scolaire. "C'est un premier levier pour lutter contre l'assignation à résidence, explique-t-elle. Il faut peut-être mieux former les enseignants, voir comment réorganiser le système éducatif."

Revenant sur le bilan éducatif d'Emmanuel Macron, elle a estimé que "sur ce quinquennat, on a remis l'école primaire au cœur de l'Education nationale". "C'est les savoirs fondamentaux, quand on double les CP/CE1 dans les zones REP et REP+, quand on fait des plans maths et des plans français pour la formation continue des enseignants, ce qui n'existait pas. On a avancé, mais il y a encore du chemin: c'est un gros chantier l'école, notamment autour du collège", estime-t-elle avant de conclure: "J'aimerais pouvoir vous donner le programme, malheureusement je ne le connais pas encore."

"On fonctionne de façon proportionnée pour la gestion de la crise Covid"

Emmanuel Macron profite-t-il de la crise sanitaire pour sa campagne électorale? La question que beaucoup de Français se posent a été posée à Maud Bregeon. Elle réfute cette idée: "Le Coronavirus n'a pas d'agenda électoral. Il y a deux calendriers qui sont concomitants, mais qui ne sont pas liés. Il y a une saisonnalité de la pandémie. On fonctionne de façon proportionnée."

"Tant qu'il y aura des déprogrammations, on ne peut pas lâcher toutes les contraintes", explique-t-elle. "Il s'agit de protéger les Français et de protéger le système de santé. Le critère, c'est avoir entre 1.000 et 1.500 lits de réanimations pris par des patients Covid et pas de nouveau variant."

Pour Maud Bregeon, "le président de la République ne fait pas de la politique politicienne sur le dos de la crise". "Ce qui ne veut pas dire que tout a été parfait. Aucun chef d'Etat n'a géré parfaitement car c'était une crise historique. On a protégé la santé, l'emploi des Français. On continuera dans cette lignée-là et faire du retour d'expérience sur ce qui a fonctionné ou n'a pas fonctionné."

Maxime Martinez