RMC

Programme de Macron sur l'éducation: "on a besoin de cohérence", plaident les enseignants

En matière d'éducation, Emmanuel Macron veut donner la priorité aux zones d'éducation prioritaire et donner plus d'autonomie aux établissements. Des mesures qui laissent les enseignants sceptiques.

Invité ce mardi sur RMC et BFMTV, Emmanuel Macron, devrait revenir sur ses propositions sur l'éducation. Le candidat d'En Marche propose notamment de donner plus de moyens aux établissement en zones d'éducation prioritaires (ZEP) pour lutter contre l'échec scolaire. Il souhaite aussi laisser davantage d'autonomie aux établissements scolaires qui pourraient ainsi recruter les enseignants de leur choix.

RMC a rencontré des enseignants présents à la manifestation du 1er-mai ce lundi. Et ils sont plutôt sceptiques. La proposition de privilégier les ZEP séduit Isabelle, enseignante dans les Hauts-de-Seine, mais elle estime que ce n'est pas suffisant: "Il faut mettre le paquet sur l'enseignement prioritaire, mais il n'y a pas que ces zones-là, il n'y a pas que certaines classes".

"Beaucoup de pouvoir dans les mains du personnel de direction"

Le candidat d'En marche propose aussi des classes de 15 élèves en primaire. Pas suffisant selon Sophie, prof dans un collège de l'Essonne: "On a des élèves en très grande difficulté économique, sociale, scolaire, en collège et en lycée, donc que compte-t-il faire sur l'éducation prioritaire sur le second degré?"

Mais la proposition qui ne passe pas, c'est la volonté d'Emmanuel Macron de donner une vraie autonomie aux établissements scolaires. Un danger prévient Claire professeure dans un lycée agricole: "Ca veut dire laisser beaucoup de pouvoir dans les mains du personnel de direction qui ne sont pas formés sur la gestion des personnels et qui peuvent devenir des petits potentats locaux. On a besoin de cohérence".

Emmanuel Macron a encore quelques jours pour préciser son programme, avant le second tour qui aura lieu ce dimanche.

P.B. avec Annabel Roger et Marie Monier