RMC

Retour de la semaine de quatre jours: "On ne voit pas du tout l’intérêt de l’enfant"

-

- - AFP

Dès la rentrée prochaine, les établissements qui le souhaitent pourront demander l’autorisation de revenir à la semaine de quatre jours. La mesure, défendue par le nouveau ministre de l’éducation, Jean-Michel Blanquer, sera soumise à un vote consultatif au Conseil supérieur de l’éducation le 8 juin. Pour Yvan Touitou, chronobiologiste et membre de l’académie de médecine, c’est une mauvaise nouvelle pour le rythme des enfants.

Yvan Touitou, chronobiologiste et membre de l’académie de médecine

"On marche totalement sur la tête. Sur les rythmes scolaires, on a fait tout et le contraire de tout. Et après avoir fait le contraire de tout, on était revenu à la semaine de quatre jours et demi, ce qui était tout à fait correct. Maintenant, on revient en arrière. Si c’est l’enfant qui doit primer, on ne voit pas pourquoi brutalement on doit remettre la semaine de quatre jours en place en proposant aux écoles de choisir entre quatre jours et quatre jours et demi.

Dans une semaine à quatre jours, on a le samedi et le dimanche libre. Les enfants, parce qu’ils restent tardivement éveillés à regarder la télé ou à jouer avec leurs téléphones, se couchent très tard. Ils sont donc en situation de perte de sommeil qui jour après jour augmente et peut devenir une véritable dette de sommeil.

On va se coucher tard parce qu’on doit se lever tôt pour aller à l’école. Ou alors on va se coucher tard et on se lève tard. On croit que c’est bien mais ça ne l’est pas du tout. A ce moment-là, on se désynchronise. C’est comme si on faisait un jetlag Paris-New York. Quatre jours et demi selon moi c’est mieux, à condition que la demi-journée travaillée soit le samedi matin. Cela empêchait ces 48h d’affilée de liberté.

Je pensais que le nouveau ministre avait la vie des enfants en tête… Je ne comprends pas du tout. Tout ça est fait pour les adultes, c’est-à-dire en réalité pour les parents, qui eux sont demandeurs. On ne voit pas du tout l’intérêt de l’enfant dans cette affaire-là. Dire aux gens 'choisissez ce qui vous convient le mieux', ils vont tous choisir à 99% les quatre jours.

En tant que scientifique je suis totalement désabusé. Cela fait 30 ans qu’on en parle, qu’on fait des rapports, des réunions dans les ministères, quelle que soit la couleur politique des uns et des autres, pour aboutir au même résultat. Je comprends vraiment mal. C’est comme si on voulait réactiver quelque chose qui pourtant mérite qu’on s’assoit dessus un certain temps. Il faut foutre la paix aux écoles et aux enfants et essayer de faire au mieux pour qu’ils aient une qualité de vie correcte".

Propos recueillis par Antoine Maes