RMC

Nouvelle campagne de pub Yves-Saint-Laurent: "c'est une femme objet, c'est super triste"

Deux affiches de la nouvelle campagne Yves Saint Laurent, font polémique. Les clichés ont été jugés "dégradants" par l'Autorité de régulation professionnelle de la publicité qui a sommé la maison de couture de les retirer au plus vite.

Deux photographies de la nouvelle campagne d'Yves Saint Laurent font polémique. On y voit des femmes en bas résille dans des positions lascives.

L'Autorité de régulation professionnelle de la publicité a été saisie a déjà demandé à l'afficheur, JCDecaud et à la maison Yves Saint Laurent de retirer ces visuels.

RMC est allée demander aux Parisiens ce qu'ils pensaient de ces publicités. Deux jeunes filles, Sandra et Alice, sont déconcertées: "C'est une femme allongée avec des bas résille, on voit clairement sa culotte, les jambes écartées, c'est une femme-objet, c'est super triste. Et en pub, ça passe normalement"

Les clichés choquent aussi Agathe: "C'est décevant. Ce serait bien qu'il y ait des hommes dans la même position".

"Ce n'est pas un sujet que l'on doit prendre à la légère"

Et justement ces messieurs sont beaucoup plus modérés: "Ça ne me dérange pas outre mesure", juge Alain. "Esthétiquement parlant, elle est jolie, mais je ne pense pas que la marque soit mise en valeur avec ce type de publicité", estime Vincent.

Pour les associations féministes ces provocations sexistes sont inacceptables. Céline Picq, porte-parole d'Osez le Féminisme appelle à une régulation plus stricte: "Ce n'est pas du tout un sujet qu'on doit prendre à la légère et on aimerait nous en tant que féministes qu'il y ait aussi peu de tolérance pour les publicités sexistes que pour les publicités racistes qui seraient immédiatement interdites".

En juin 2015, une publicité pour la marque de luxe française Saint Laurent, publiée dans le magazine Elle UK, a été interdite par l'autorité de régulation de la publicité du Royaume-Uni, qui avait jugé que le mannequin qui y apparaissait était "maladivement maigre".

P.B. avec Marie Monier