RMC

"Quand c'est pollué, on a des maux de tête": Marseille en guerre contre les navires de croisière

La municipalité de Marseille veut limiter l'accès à son port aux gros paquebots de croisière les jours de pic de pollution. Mais certains habitants eux, militent pour l'arrêt complet de ces bateaux polluants.

Cela fait 30 ans que Chantal habite dans un quartier près du port de Marseille. Ces dernières années, elle a vu la pollution s'intensifier. Elle en subit les effets au quotidien: "Jour et nuit, on hésite le soir à ouvrir sa fenêtre puisqu'on se dit qu'en dormant, on va respirer cette pollution maritime. Quand c'est pollué, on a des maux de tête assez costauds qui peuvent durer des jours et des jours".

La mairie de Marseille veut pousser le préfet à interdire les escales des navires les plus polluants lors des pics de pollution et demande un renfort des contrôles.

"On est persuadés aujourd'hui qu'il y a des navires qui polluent beaucoup et que les contrôles sont insuffisants quantitativement pour avoir des données objectives sur ce qui se passe", déplore Laurent Lhardit, élu au tourisme durable.

"Ces bateaux sont inutiles et polluent en permanence"

Il y a une semaine, la ville de Marseille a publié une pétition sur son site internet pour demander une interdiction des escales des navires de croisières les plus polluants, les jours de pics de pollution.

Rémi fait partie du collectif Stop croisières, qui se bat contre la venue des bateaux. Il soutient les revendications de la mairie, mais pour lui, il faut aller plus loin: "Il faut aller sur l'arrêt complet des bateaux de croisière. Ces bateaux sont superflus et inutiles et polluent en permanence, même lorsqu'il n'y a pas de pic de pollution", assure-t-il.

À Marseille, plusieurs organismes estiment que les bateaux de croisière sont à l’origine de 20% des émissions de particules polluantes.

Aymeric Dantreuille (avec G.D.)