RMC

Aux côtés des malades du cancer, les "aidants" mènent "un combat silencieux"

62% des aidants exercent une activité professionnelle.

62% des aidants exercent une activité professionnelle. - Philippe Huguen - AFP

TÉMOIGNAGE - La Ligue contre le cancer met en lumière dans un rapport ce jeudi le rôle des "aidants", qui épaulent au quotidien les malades du cancer. Marc, fait partie d'eux et s'occupe de son épouse Michèle à qui les médecins ont diagnostiqué un cancer du pancréas.

Le quotidien de Michèle et Marc a été chamboulé il y a deux mois. Marc, 61 ans était à la retraite depuis quelques jours à peine lorsque sa femme Michèle, 57 ans, a appris qu'elle était atteinte d'un cancer du pancréas. "Tout à coup, vous prenez un coup de poing dans la figure", résume Marc. Le couple installé près de Toulouse fait une croix sur les projets de retraite près de l'océan. Le seul objectif de Marc désormais est de se battre aux côtés de Michèle.

"J'ai besoin de le sentir là, de pouvoir lui demander ce que j'ai besoin quand physiquement, je ne suis pas capable de me mouvoir dans la maison", explique Michèle.

Un travail à plein temps pour le jeune retraité qui comprend l'ampleur de la tâche. "Elle a besoin de moi, j'ai besoin d'elle. Si je vois que je souffre, elle va souffrir. Donc c'est à nous aussi de gérer ça." La Ligue contre le cancer a proposé à Marc un soutien psychologique, mais il se sent assez fort pour l'instant.

"C'est vrai que c'est un combat silencieux, parce qu'il faut gérer ses émotions par rapport à son épouse. Il ne faut pas montrer qu'on est faible". 

Des conséquences sur la santé des aidants

Si Marc a la chance d'avoir du temps pour s'occuper de Michèle, 62% des aidants aujourd'hui exercent toujours une activité professionnelle, quitte à empiéter sur leur travail. L'accompagnement du malade peut aussi avoir des conséquences sa propre santé physique et psychologique, explique le docteur Fabrice Hérin, spécialiste des maladies professionnelles et environnementales au CHU Purpan de Toulouse. Il a réalisé une étude sur les aidants qui accompagnent les patientes atteintes de cancer du sein et décrit des personnes présentant "une grande fatigue, des troubles du sommeil et une qualité de vie diminuée".

Des difficultés qui s'accompagnent souvent aussi de pertes de revenus. Une harmonisation des dispositifs d'aide pour les malades soulagerait les aidants, estime Emmanuel Jammes, délégué à la mission société et politique de santé à la Ligue contre le Cancer. "Ils ne réclament rien pour eux. Si vous aidez mieux la personne malade, ça nous aidera en retour", rapporte-t-il. Pour lui, les aidants qui font preuve "d'altruisme", doivent eux-aussi être épaulés.

Carole Blanchard avec Jean-Wilfrid Forquès