RMC

Coronavirus: les hôpitaux italiens appellent le privé à l'aide devant l'ampleur de l'épidémie

-

- - -

En Italie, pays européen le plus touché par le coronavirus, les hôpitaux publics débordés appellent les établissement privés. Et la situation pourrait bientôt être similaire en France.

Avec plus de 140 patients en soins intensifs et plus de 900 hospitalisés, les hôpitaux italiens sont en souffrance, d'autant plus que l'épidémie qui a déjà fait 52 morts de l'autre côté des Alpes, gagne rapidement du terrain. Alors les établissements publics appellent à l'aide le secteur privé pour trouver des lits et même du personnel soignant en renfort.

Dans la région de Milan, les hôpitaux publics semblent démunis: "Certains hôpitaux de Lombardie, qui se sont entraînés pendant des années pour faire face à ce genre d’urgences, sont en proie à un stress plus important que prévu parce que l'épidémie a atteint une échelle que personne n’aurait pu imaginer ni prévoir", explique Massimo Galli, chef de l’unité maladies infectieuses de l’hôpital Sacco à Milan.

La France bientôt dans la même situation ?

La crise du coronavirus qui touche l'Italie de plein fouet, contraint les hôpitaux à de nombreux ajustements: "Cette situation nous oblige à nous adapter, à prendre des initiatives et à trouver des solutions nouvelles pour toute une série de problèmes qui se présentent à nous", ajoute Massimo Galli.

Mais le personnel hospitalier et les autorités italiennes ne peuvent pas faire de miracle: "La croissance c’est la nature même de l’épidémie. On n’est pas capable de tout isoler ni de trouver tous les cas et l’épidémie peut tranquillement se répandre de façon silencieuse", explique Vittoria Colizza, directrice de recherches à l’Inserm. Et la chercheuse prévient, la France doit s’attendre à vivre ce même phénomène de contagion rapide.

Olivier Chantereau (avec Guillaume Dussourt)