RMC

Dans le monde des hooligans, se faire des Anglais ça reste un trophée de guerre

Les violences entre supporters à Marseille samedi étaient l'oeuvre d'individus déterminés venus "au contact" estime Mathieu Zagrodzki, spécialiste des supporters invité sur RMC lundi. Selon lui, l'interdiction de la vente d'alcool n'aurait rien changé.

Les violentes bagarres sur le Vieux-Port de Marseille samedi ont fait trente-cinq blessés. Face à face, des supporters russes et anglais se sont affrontés en marge du match Angleterre-Russie. Pour Mathieu Zagrodzki, chercheur au Centre de recherches sociologiques sur le droit des institutions pénales (Cesdip) et spécialiste des supporters, la violence des affrontements est notamment due à la détermination des hooligans russes. 

"Il y a des groupes violents qui se sont déplacés de Russie, qui sont venus casser de l'Anglais pour la bonne et simple raison que les Anglais sont historiquement les hooligans les plus redoutables. Dans le monde des hooligans, se faire des Anglais ça reste un trophée de guerre, c'était sans doute une façon pour les Russes de s'imposer sur la scène internationale du hooliganisme", explique-t-il. 

Dans les années 80, les hooligans anglais étaient en effet considérés comme les plus virulents. "Il reste des noyaux, mais ce n'est plus du tout ce que c'était dans les années 80. Il y a une très forte politique répressive qui est menée là-bas", poursuit le chercheur.

"Ce n'est pas une question d'alcool"

En Angleterre, près de 2.000 supporters jugés violents ont dû remettre leur passeport à la police et ont été empêchés de quitter le territoire. Côté russe, Mathieu Zagrodzki s'interroge sur de possibles "failles" concernant les échanges d'informations avec la France.

"Normalement, les autorités étrangères ont donné des listes de supporters à problème sur la base desquelles les autorités françaises ont prononcé des interdictions de venue sur le territoire. Et là on a des chiffres qui vont entre 200 et 500 supporters à problème venus de Russie, violents, radicaux qui seraient entrés sur le territoire français", relève-t-il. 

Samedi, les individus à l'origine des violences étaient pour certains fortement alcoolisés. Canettes et bouteilles d'alcool ont par ailleurs servi de projectiles. Après ces violences, Bernard Cazeneuve a annoncé l'interdiction de vente d'alcool dans les "périmètres sensibles" en marge des matches de foot. Une mesure qui ne changera rien sur le comportement de ces individus violents, estime le chercheur. "Les hooligans purs et durs, ceux qui viennent pour aller "au contact" des supporters adverses, eux ce n'est pas du tout une question d'alcool, ils viennent pour ça", explique Mathieu Zagrodzki. Au contraire selon lui, les hooligans prévoient généralement de rester sobres, "une personne sobre en pleine possession de ses moyens physiques est plus efficace". 

Carole Blanchard