RMC

Depuis le confinement, 7% des hôtels de France n'ont toujours pas rouverts

Ces établissements n'ont toujours pas rouverts depuis le mois de mars. Faute de clients et faute de touristes, certains sont obligés de refermer.

Après le départ de sa dernière cliente Delphine Prigeant, la propriétaire d'un hôtel parisien, a pris une décision forte, celle de fermer son établissement: "Un hôtel n'a pas pour vocation d'être fermé. Cela fait bizarre, réellement". À contre-cœur. Elle ferme les rideaux dans les chambres, avant d’éteindre l’ascenseur et les lumières de l’hôtel signature Saint-Germain-des-Prés dans le centre de Paris.

Elle ne sait pas, pour l’heure, quand est ce qu’elle va pouvoir rouvrir normalement: "C'est très dur quand on est attaché à son entreprise, à son hôtel et à son équipe. Partir ça donne l'impression de déserter. Ce n'est pas mon état d'esprit, je suis une combattante et j'ai envie d'y arriver".

"Il faut que ces mesures soient appliquées tout de suite"

Pour soutenir ces professionnels en difficultés, le gouvernement a promis une aide pouvant aller jusqu’à 10.000 euros par mois. En fonction du montant des pertes: "Il faut que ces mesures soient appliquées tout de suite et pas, comme on l'a vu avec l'allégement des charges sociales, attendre quatre mois pour pouvoir en bénéficier car sinon ce sera trop tard", prévient Didier Chenet, le président du Groupement national des indépendants de l’hôtellerie et de la restauration.

L’autre urgence pour le syndicat, les loyers des professionnels. Didier Chenet demande que l’Etat et les propriétaires aident les locataires. L'Umih, l'Union des Métiers et des Industries de l'Hôtellerie craint que jusqu'à 200.000 emplois soient supprimés en raison des défaillances d'entreprises et plans de licenciement d'ici la fin de l'année. De plus, 7% des hôtels n'ont toujours pas rouvert depuis le mois de mars.

Florian Chevallay (avec G.D.)