RMC

INFOGRAPHIE - Nouvelles mesures contre le Covid-19: voici la liste des commerces autorisés à ouvrir (ou pas)

Boucher, fromager, coiffeur : la crise sanitaire marque-t-elle le retour du commerce de proximité en centre-ville?

Boucher, fromager, coiffeur : la crise sanitaire marque-t-elle le retour du commerce de proximité en centre-ville? - Image d'illustration

"Les commerces seront fermés sur tout le territoire métropolitain selon la liste déjà définie dans les 19 départements aujourd'hui concernés", a déclaré Emmanuel Macron dans son allocution télévisée.

On (re)ferme. Les commerces qui sont actuellement fermés dans 19 départements particulièrement touchés par la troisième vague de l'épidémie de Covid-19 le seront aussi dans tous les autres en métropole, a indiqué mercredi le président de la République.

"Les commerces seront fermés sur tout le territoire métropolitain selon la liste déjà définie dans les 19 départements aujourd'hui concernés", a déclaré Emmanuel Macron dans son allocution télévisée.

Dans ces départements, les commerces et les rayons de grandes surfaces ne rentrant pas dans la liste de ceux "vendant des biens et des services de première nécessité" ont fermé leurs portes. Librairies et disquaires, mais aussi d'autres professions comme les coiffeurs ou les chocolatiers, ont pu rester ouverts, étant désormais considérés comme "de première nécessité".

Déjà en début de semaine, Bruno Le Maire, ministre de l'Economie avait annoncé que cette liste ne bougerait pas. "Il ne serait pas compréhensible qu'au moment où la situation sanitaire se dégrade - où c'est difficile pour les soignants, pour les personnels hospitaliers - d'envoyer un message d'ouverture d'autres commerces", avait expliqué le ministre, justifiant ainsi l'ouverture des cordonniers et la fermeture des magasins de vente de chaussures par le fait que les premiers figurent parmi les réparateurs, au même titre que ceux de matériel informatique, par exemple. Certains commerces ont été autorisés à rester ouverts depuis le 21 mars à cause de leur importance pour l'économie et l'emploi, comme les concessions automobiles, ou d'autres parce qu'ils réalisent une grande partie de leur chiffre d'affaires au printemps, comme les fleuristes ou les chocolatiers.

11 milliards d'euros par mois

L'ensemble des dispositifs d'aide aux salariés et aux entreprises actuellement en vigueur seront prolongés dans le contexte de ce nouveau durcissement des restrictions.

"Comme depuis un an, l'accompagnement économique et social sera au rendez-vous, les parents qui devront garder leurs enfants et ne peuvent pas télétravailler auront droit au chômage partiel, et pour les salariés et les commerçants, les indépendants, les entrepreneurs et les entreprises, tous les dispositifs actuellement en vigueur seront prolongés", a détaillé le président.

Emmanuel Macron a également réitéré son appel à privilégier le télétravail pour les professions qui peuvent travailler à distance.

L'extension des fermetures de commerces à l'ensemble du territoire va faire passer le nombre d'établissements fermés de 90.000 à 150.000, tandis que le coût total des aides et indemnisations aux entreprises passe à 11 milliards d'euros par mois, a indiqué mercredi le ministère de l'Economie. Cette somme comprend le coût total du fonds de solidarité, du chômage partiel pour l'Etat et des exonérations de cotisations sociales, y compris pour les établissements qui restent ouverts mais sont fortement impactés par la crise. 

>> A LIRE AUSSI - Covid-19 et magasins fermés: à quoi ressemble la nouvelle aide pour les "sur-stocks" des commerçants?

La rédaction avec AFP