RMC

Médecin agressé à Mulhouse: "Il est extrêmement choqué, il a été traumatisé par cette attaque"

Un médecin a été agressé ce samedi à Mulhouse. Touché par un fusil à billes, il est surtout très marqué psychologiquement, selon le président de SOS Médecins à Mulhouse, qui était l’invité d’"Apolline Matin" ce lundi sur RMC et RMC Story.

Un médecin agressé à Mulhouse. Armé d’un fusil à billes, le compagnon d’une patiente a tiré sur le praticien de SOS Médecins venu à leur domicile ce samedi, à deux reprises sur la cuisse droite, lui reprochant d'avoir mis trop de temps à arriver. La police a rapidement interpellé le tireur. Déjà connu de la justice, l'agresseur présumé a été placé en garde à vue et n'a pas contesté les faits. Il sera présenté à un juge ce lundi en vue d'une comparution immédiate. Le jeune professionnel a déposé plainte, réclamant 1 euro symbolique. SOS Médecins 68, l'Ordre des Médecins du Haut-Rhin, ainsi que la Communauté professionnelle territoriale de santé (CPTS) de Mulhouse se sont portés partie civile.

"Quand on voit une arme braquée devant soi, on pense bien sûr que c’est fini"

Pour dénoncer cette agression et soutenir la victime, l'antenne de SOS Médecins à Mulhouse a interrompu toutes ses visites à domicile jusqu'à ce lundi matin 8h.

"Physiquement, il va bien. Ce n’était qu’une arme à billes donc il ne souffre que d’un hématome à la cuisse. Mais psychologiquement, il est extrêmement choqué, explique Frédéric Tryniszewski, président de SOS Médecins à Mulhouse, dans ‘Apolline Matin’ ce lundi sur RMC et RMC Story. Il a tenté hier matin (dimanche) de recommencer à consulter mais il était tremblant et choqué, donc il n’a pas pu poursuivre. Il a besoin de repos pendant quelques jours pour se remettre de ses émotions, parce qu’il a été traumatisé par cette attaque."

"L’agresseur s’est mis devant lui avec une réplique tout à fait parfaire d’un fusil à pompe, en le menaçant de mort à plusieurs reprises et en lui demandant de quitter les lieux, raconte Frédéric Tryniszewski. C’est ce qu’il fait mais au moment où il s’est retourné, il a senti une déflagration dans sa cuisse, qui lui a fait extrêmement mal. Il pensait que c’était un vrai tir. A posteriori, heureusement, ce n’est pas si grave. Mais quand on voit une arme braquée devant soi, on pense bien sûr que c’est fini."

"Nous espérons qu’il y ait une condamnation à la hauteur"

Le médecin agressé a déposé plainte, réclamant 1 euro symbolique. SOS Médecins 68, l'Ordre des Médecins du Haut-Rhin, ainsi que la Communauté professionnelle territoriale de santé (CPTS) de Mulhouse se sont portés partie civile. Et Frédéric Tryniszewski demande que la justice sévisse.

"Nous n’avions jamais ressenti de menaces comme ça. C’est vrai qu’il y a, de temps en temps, des altercations avec quelques patients, des mots plus hauts que les autres. Mais pas d’agressions physiques, pas d’agressions aussi violentes ça. Là, l’agression a été d’une extrême violence et c’est ce qui nous a obligé à faire ce droit de retrait. Les agressions se multiplient envers les médecins. Nous espérons qu’il y ait une condamnation à la hauteur pour que l’opinion publique se rende compte qu’on ne peut pas agresser impunément un médecin. C’est important. La visite à domicile est un bien précieux, il faut le conserver. On ne peut pas agresser comme ça un médecin."

LP avec KG