RMC

"Nous sommes victimes du succès": du retard pour les masques grand public dans les bureaux de tabac

2 millions de masques dits "grand-public" en tissu ont été commandés mais très peu sont arrivés dans les bureaux de tabac.

C'est à partir de ce jeudi que les buralistes ont le droit de vendre des masques. 2 millions de ces masques dits "grand-public" en tissu ont été commandés. Mais problème: très peu sont arrivés dans les bureaux de tabac.

En cause, les délais de livraison et la préparation des commandes. Des soucis de livraisons que connaissent déjà les pharmacies. Officiellement autorisées à vendre ces masques depuis dimanche dernier, les officines sont prises d'assaut.

Depuis 3 jours, le bureau de tabac de Gérard Vidal en Haute-Garonne, ne désempli pas. Ce matin-là à l'ouverture ce buraliste toulousain n'aura pas de masques à vendre. Il devrait être livré dans la journée. Et tout le monde ne pourra pas être servi.

"Pas un seul client ne rentre sans nous demander s'il y a des masques à vendre. La priorité ira aux commerçants et artisans qui sont en contact permanent avec le grand public."

"L'afflux de notre réseau sur cette plateforme a bloqué un peu notre logistique"

Plus de 2 millions de masques en tissu, lavables et réutilisables ont été commandés. Mais la plupart des bureaux de tabac ne les auront pas reçu avant la semaine prochaine concède le président de la confédération des buralistes, Philippe Coy.

"Je suis désolé il y aura un peu de délai. Nous sommes victimes du succès. L'afflux de notre réseau sur cette plateforme a bloqué un peu notre logistique. On les retrouvera courant de semaine prochaine ces masques tel que nous l'avons promis."

Ces masques grand-public, les pharmacies ont déjà le droit d'en vendre. Mais comme dans beaucoup d'officines, cette pharmacie toulousaine les attends toujours. Chaque jour, plusieurs dizaines de clients veulent en acheter, témoigne Jean-Charles Bettan, le responsable.

"Depuis lundi c'est l'effervescence. Nous avons passé commande de masques alternatifs et on demande aux gens d'attendre qu'on les reçoive."

Dès lundi, certaines grandes surfaces commenceront elles aussi à commercialiser ces masques grand-public. Des masques qui devraient être vendus entre 2 et 3 euros pièce.

Jean-Wilfried Forques avec Nicolas Ropert