RMC

"Passer tous les week-ends toute seule, enfermée, ce n'est pas possible": les Parisiens inquiets d'un éventuel reconfinement

En Ile-de-France, le taux d'occupation des lits de réanimation est de 71 %. Mais les parisien sont-ils prêts à se reconfiner?

Au menu du Conseil de défense sanitaire ce mercredi matin, la situation en Île-de-France. L'hypothèse d'un confinement le week-end est sur la table, mais rien n'est définitivement tranché.

>> A LIRE AUSSI - Confinement le week-end ou mesures plus strictes? Le Conseil de défense doit trancher aujourd'hui

Courir, courir, courir. C'est un peu le résumé de ce qui se passe dans la tête d'Arthur, ce petit garçon de 6 ans ne pas sortir du week-end lui paraît impossible. Et même ceux qui tiennent habituellement mieux en place qu'Arthur, comme Garance, 23 ans, ne sont pas non plus prêts à finir, la semaine, enfermés.

"Je suis étudiante, je n’ai pas de vie sociale, je suis dans un 20 m2 à Paris donc passer tous les week-end toute seule, enfermée, ce n'est pas possible. Je pense que j’irais chez mon frère ou chez des copains", indique-t-elle.

Un exode vers la province à prévoir ?

Qui serait capable de se cloîtrer se demande-t-elle. Sûrement pas, ces tous jeunes parents Aude et Alec prêts à fuire à Lyon au moindre signal de confinement.

"S’il y en a un, on part vendredi sûrement chez les grands-parents de ce petit bonhomme. Il y a un moment où on a envie de profiter surtout dans cette période qui est propice à ça et avec les beaux jours qui arrivent", appuient-ils.

La plupart resteront chez eux. s'il le faut, Nicole s'enfermera dans son appartement déplore cette retraitée, à contre-cœur. “C’est pour pas que ça ne se propage d’accord, mais ça semble un peu inhumain”, juge-t-elle.

Pour s'occuper, elle s'imagine achever le grand tri de ses affaires entamé lors du premier confinement avec le sentiment désagréable que le destin se répète.

Nicolas Traino avec Guillaume Descours