RMC

Confinement le week-end ou mesures plus strictes? Le Conseil de défense doit trancher aujourd'hui

Nouveau Conseil de défense sanitaire ce mercredi matin à 9 heures. La situation des 20 départements placés sous surveillance renforcée par Jean Castex la semaine dernière sera au coeur des discussions.

25 millions de Français seront-ils confinés dès ce week-end? Le sort des 20 départements les plus touchés par la pandémie au coeur du Conseil de défense sanitaire qui se tient ce mercredi à 9h. L'Exécutif planche sur les mesures supplémentaires à prendre (ou à ne pas prendre) dans les 20 de départements placés "sous surveillance renforcée" la semaine dernière. 

Et Jean Castex de mettre les choses à plat: "Les semaines qui arrivent vont être difficiles", a déclaré le Premier ministre devant les députés du groupe LREM à l'Assemblée Nationale.

Un confinement le week-end pourrait être décidé, alors que les admissions en réanimations progressent encore.

Comment vont-être prises les décisions?

Lors de son dernier point presse, Jean Castex avait expliqué que des décisions seraient prises en fonction de l'évolution de la situation sanitaire, avec plusieurs critères à prendre en compte. Le principal est la pression hospitalière explique un proche de Matignon. Les chiffres en réanimation et le nombre d'hospitalisés seront donc déterminants pour décider d'un confinement ou non le week-end.

Et sur ce plan la situation n'est pas rassurante: 858 patients sont en réanimation Covid en Ile-de-France, un chiffre en hausse régulière depuis plusieurs semaines. Et en région PACA, le taux d'occupation des lits est à 102%, on dépasse les capacités maximales.

Mais ces données hospitalières ne sont pas le seul facteur à prendre en compte. Le taux d'incidence, l'importance des variants et la circulation du virus peuvent influer. "Ca complique la prise de décision", souffle un conseiller de Matignon, parce que les chiffres évoluent très vite et chaque département présente une situation différente. "Nous allons regarder les chiffres jusqu'à ce soir" conclue ce proche du Premier Ministre.

Pourtant, des proches du chef de l'Etat invitent à la "grande prudence" sur cette idée de confinement généralisé le week-end dans les 20 départements sous surveillance renforcée: Emmanuel Macron "ne veut pas prendre de décision de contrainte sur la population tant qu'il n'est pas certain d'avoir évacué toutes les solutions possibles" et de préciser que "Le confinement reste le dernier recours si les chiffres l'imposent et une fois tout pesé". 

>> A LIRE AUSSI - Reconfinement, interdiction de l'alcool sur la voie publique... Quelles sont les mesures envisagées dans les départements sous haute surveillance?

Dans les Bouches-du-Rhône, les élus sont unanimes. "La Provence ne peut pas être mise sous cloche", indique Georges Christiani, le président des maires du département.

Selon lui, un confinement le week-end serait bien trop néfaste. D’autant que la situation dans le département est bien moins alarmante que celle des Alpes-Maritimes, déjà sous cloche le week-end, pour au moins deux semaines.

"Dans les Bouches-du-Rhône, nous avons un taux de positivité moindre que celui des Alpes-Maritimes. On ne peut pas comparer une situation locale et en faire une généralité", assure-t-il.

Les hôpitaux de Calais proche de la saturation

Dans le Pas-de-Calais, deuxième département du pays avec le plus fort taux d'incidence, le préfet va demander au gouvernement un confinement le week-end pour les trois prochaines semaines, et le port du masque obligatoire. Un durcissement des mesures sanitaires devenu indispensable pour Natacha Bouchart, la maire de Calais. La pression sur les hôpitaux est de plus en plus forte.

"Notre système de soin est en péril. On a un taux d'occupation qui frôle les 100% je n'ai pas envie que parmi mes concitoyens les médecins aient à choisir quels patients il va sauver", appuie-t-elle.

La maire de Calais souhaite également que les déplacements des habitants soient limités à 20 ou 30 kilomètres. 

Margaux Bourdin, Romain Cluzel avec Guillaume Descours