RMC

Si vous avez réservé un voyage après le 15 septembre 2020, vous avez droit au remboursement

ALLÔ MARIE ? - Chaque matin, RMC répond à une question d'auditeur.

Une question de Patricia ce jeudi matin qui voudrait se faire rembourser un voyage en Martinique annulé, décalé puis à nouveau annulé.

C'est le lot de nombreux Français. Patricia avait réservé un séjour en mars 2020 pour partir à la Martinique. Le voyage n'a pas pu se faire. L'agence lui a proposé un avoir ce qu'elle a accepté. Elle a réservé le même voyage pour partir en mars 2021 mais elle était loin de se douter qu'encore aujourd'hui il serait impossible de partir. Elle voudrait savoir si elle peut obtenir un remboursement immédiat.

Et la réponse est oui. En fait au début de la pandémie les voyagistes avaient obtenu l'autorisation de la part du gouvernement de ne rembourser les clients qu'au bout de 18 mois pour un séjour (pas pour un vols sec). Mais cette disposition a pris fin mi-septembre. Donc si vous avez réservé un nouveau voyage après le 15 septembre, vous pouvez exiger un remboursement dans les 14 jours après l'annulation du contrat. 

Beaucoup de clients peinent à se faire rembourser leurs voyages annulés...

Les litiges avec les professionnels du voyage ont explosé depuis le début de la crise. Le plus gros problème qui se pose aujourd'hui c'est pour le remboursement des vols secs, des billets d'avion, remboursement qui est obligatoire puisque l'avoir de 18 mois accordé par le gouvernement aux voyagistes ne concernait que les séjours pas les billets d'avion.

Et pourtant à part Air France et Emirates qui respectent la loi, toutes les autres compagnies rechignent à rembourser. Soit elles refusent carrément tout remboursement, soit elles imposent des avoirs aux clients. Et c'est encore pire si vous avez réservé votre vol via un voyagiste type Opodo ou Last Minute selon l'UFC Que Choisir. 

Quant aux fameux avoirs de 18 mois le problème va se poser très bientôt. Il va falloir commencer à rembourser les clients à partir du mois de septembre prochain et ça va poser de gros soucis puisque les voyagistes vivent sur cette trésorerie depuis des mois et qu'ils n'auront pas les moyens de rembourser.

Ca concerne quand même un milliard d'euros d'avoirs qui ont été émis. La commission européenne d'ailleurs a dit que cette histoire d'avoirs n'était pas du tout conforme aux règles européennes, et pourtant rien ne se passe au niveau des autorités françaises alors que l'Etat français risque de devoir rembourser en partie ce milliard d'euros si les agences font faillite et ne sont plus capables de rembourser leurs clients. 

Marie Dupin (avec J.A.)