RMC

Vaccination annulée faute de doses: "Une confusion entre certaines communes" explique l'ARS d'Île-de-France

Dans les Hauts-de-Seine, pas moins de 200 convocations ont par exemple été supprimées par le centre de vaccination de Clamart, qui a épuisé ses stocks en seulement 24 heures.

La campagne de vaccination patine. Les créneaux libres pour se faire vacciner se font rares. Pire, certains centres de vaccination sont obligés d'annuler des rendez-vous par centaines, faute de doses. 

Comment en est-on arrivé là? Pourquoi de nombreux centres déprogramment des vaccinations? 

La répartition des stocks de vaccins est assurée par les agences régionales de santé en lien avec les préfets. Et pour calibrer au mieux la distribution les mairies et collectivités se sont vues demander combien de personnes elles avaient les moyens de vacciner par semaine. 

“II y a eu confusion avec certaines communes qui ont fait comme si on allait leur envoyer 1000 doses parce qu’ils ont dit qu’ils pouvaient vacciner mille personnes par semaine. On répartit ce qu’on reçoit sur tout le département, mais il n’y a pas de stock caché: tout ce qu’on a, on le livre”, plaide-t-on à l’ARS Île-de-France.

Des mairies obligées d'annuler les rendez-vous

Mais à Clamart, on ne décolère pas. La mairie, qui a dû annuler 200 rendez-vous, n’a découvert que jeudi que les 420 doses promises ne seraient livrées qu’en plusieurs fois, sans connaître les dates de remise.

>> A LIRE AUSSI - Faute de vaccins des centres de vaccinations du Bas-Rhin contraints de fermer leurs portes

Certaines mairies, comme à Clichy sous Bois en Seine-Saint-Denis, ont préféré pour éviter la confusion attendre l’ouverture de leur centre de vaccination et la réception des doses, pour programmer les rendez-vous.

Martin Juret avec Guillaume Descours